Navigation mit Access Keys

 

Le rôle positif de la migration

Plate-forme Migration et développement - Service de presse 7/2017

Quand on parle de migration, on évoque le plus souvent ses aspects négatifs et polarisants. Et pourtant, la contribution de la migration pour atteindre les objectifs de durabilité de l’agenda 2030 est positive et marquante. Depuis le début 2016, il existe en Suisse une plate-forme qui vise à mettre en évidence ce rôle positif de la migration.

Plus de 250 millions de personnes sont considérées comme migrantes au plan international, et 15 millions de personnes comme des réfugiés reconnus. Plus de 220 millions de migrants sont intégrés sur le marché du travail dans les pays dans lesquels ils séjournent. Ces migrants intégrés envoient chaque année près de 500 milliards de dollars dans leur pays d’origine, soutenant ainsi par leur travail le développement de ces pays.

La contribution des migrants en ce qui concerne l’agenda 2030 des objectifs de développement durable (ODD) est évidente, leur rôle est établi dans plus de dix sous-objectifs. C’est pourquoi les migrants, quels que soit leur situation et leur statut, doivent être mieux protégés contre l’exploitation lors de leur voyage. La communauté internationale doit s’engager dans ce domaine. Dans l’ODD 10.7, les Etats sont invités à « faciliter la migration et la mobilité de façon ordonnée, sûre, régulière et responsable, notamment par la mise en œuvre de politiques migratoires planifiées et bien gérées ». Mais les polémiques qui font rage autour du thème de la migration rendent cet exercice difficile. En 2015, l’opinion publique, à l’exception de l’Europe, avait encore une image positive de la migration. La globalisation, les migrations forcées et la peur de l’étranger sont en train de changer cette image. C’est dans ce contexte qu’une plate-forme nationale s’est donné pour but de remettre en avant le rôle positif de la migration en ce qui concerne les objectifs de développement durable. Le jargon spécialisé parle ici de « migration et développement ».

Objectifs et activités

La plate-forme Migration et développement de la société civile suisse encourage l’échange entre les acteurs suisses de la coopération au développement, de la migration, des hautes écoles et des organisations de la diaspora. Elle a été créée en 2015 par Caritas Suisse et Helvetas Swiss Intercooperation sur mandat de la DDC. Elle dispose d’un secrétariat, est gérée par un groupe de base et collabore avec quelque 20 à 30 représentants actifs des 70 organisations membres, ainsi qu’avec des partenaires et autorités stratégiques. La plate-forme met en place des groupes de travail par thèmes, ce qui favorise les échanges entre les membres. Elle organise des formations continues et des ateliers thématiques et construit un réseau participatif comprenant aussi des membres des différentes diasporas. Elle intervient dans le débat politique international, notamment dans le cadre du Forum global Migration et Développement (GFMD). Elle gère son site d’information en anglais et diffuse sur les réseaux sociaux et sur YouTube, sous le nom de « mdplatform.ch », une série de vidéos et de manifestations sur ses thèmes d’actualité.

Priorités thématiques

En 2016, dans sa première année, les groupes de travail se sont penchés sur des thèmes transversaux comme « encouragement des compétences et des savoir-faire en matière de migration et développement », « défis psychosociaux des migrants » et « communication avec différents acteurs, notamment de la diaspora ». En outre, un groupe de travail a collecté et présenté les bonnes pratiques, expériences et projets existants et un autre a dressé un registre des experts et praticiens actifs sur ces questions. Enfin, un autre groupe de travail a rédigé des prises de position destinés au dialogue politique national et international et organisé des échanges avec les plates-formes nationales des autres pays.

Orientation actuelle et pour le futur

En cette deuxième année d’existence, la priorité de la plate-forme est de participer au débat politique international sur la migration et le développement. Les membres de la plate-forme ont donc rédigé un catalogue de recommandations basé sur l’agenda durable 2030, avec pour point central la protection des migrants (respect des droits de l’homme, lutte des causes de la xénophobie), l’élaboration et le respect de conditions équitables sur le marché du travail, et le soutien de la diaspora afin de lui permettre de jouer sa carte d’acteur du développement de manière plus efficiente. 

La plate-forme est en phase de croissance et de nouveaux membres la rejoignent constamment. L’an prochain, l’échange d’expérience va reprendre en importance. Dans le contexte actuel en Suisse, la plate-forme va devoir renforcer son travail d’approches de développement dans le domaine des retours volontaires.

 

Partager cet article

Contenu de replacement