Navigation mit Access Keys

 

« La peur me coupait les jambes »

Même si la situation est un peu plus calme ces derniers mois à Alep, même si peu à peu, les gens commencent à revenir chez eux, la détresse et la souffrance sont bien présentes. La rupture avant/après est énorme. Dans certains quartiers, il n’y a plus une maison debout. La pénurie est générale : denrées alimentaires, eau potable, combustible. Elle frappe tout le monde.

Fin novembre 2016, les troupes du gouvernement ont repris les quartiers est de la ville d’Alep. Les gens qui avaient fui la ville pour se réfugier dans des structures d’urgence pratiquement inhabitables ont commencé à revenir, pour trouver leurs maisons détruites et inhabitables elles aussi. Ces gens ont découvert que durant leur exil, tout ce qu’ils possédaient avait été détruit. Et, plus tragique encore, la plupart de ces personnes ont perdu pratiquement tous les hommes de leurs familles.

L’un de ces rares hommes à avoir survécu, c’est Abdel-Fattah, 69 ans. Un jour, il a dû quitter avec sa famille son quartier de Jabal Badro, à Alep-Est, pour fuir vers Shaar. « Chaque jour, les combats étaient plus violents. La peur dirigeait tous nos pas et me coupait les jambes, à tel point que je n’arrivais plus à me tenir debout », raconte Abdel-Fattah. Aujourd’hui, il est en fauteuil roulant. Lorsqu’il est revenu avec sa famille dans le quartier de Jabal Badro, il n’y a retrouvé que des ruines. Tout ce qui faisait sa vie auparavant a été détruit. La famille a trouvé refuge dans la maison sévèrement endommagée d’un proche, mais l’électricité et l’eau courante sont à un prix si prohibitif qu’elle ne peut se l’offrir. Les médicaments et les soins médicaux, dont Abdel-Fattah et son épouse auraient un urgent besoin, ne sont pas disponibles ou coûtent trop cher.

Dans cette période sombre et désespérée, le soutien des œuvres d’entraide représente une vraie lueur d’espoir. Depuis le début de la crise syrienne, Caritas Suisse, en collaboration avec ses partenaires sur place, fournit une aide d’urgence, adaptée à la situation individuelle des familles, comprenant des bons de nourriture et d’habillement ou une participation aux frais médicaux ou de logement.

 

Partager cet article

Contenu de replacement