Navigation mit Access Keys

 

La grande désillusion

« J’aurais voulu pouvoir rester chez moi, nous confie Mahamadou, 15 ans, qui a quitté Conakry, en Guinée, il y a 3 ans. C’est tellement dur. Et ce sera la même chose ailleurs », lâche-t-il, sans pour autant se résigner. Âgé de douze ans à son départ, passé par les mines du Mozambique, puis par les chantiers de Guinée Equatoriale, avant de connaître l’enfer en Libye. Emprisonné, rançonné, embarqué sur un rafiot qui prenait l’eau. Pour lui qui espérait passer rapidement par la Suisse pour rejoindre l’Allemagne, c’est la grande désillusion.

Il loge depuis quelques jours dans les locaux de la paroisse de Rebbio. Il est l’un des 70 protégés du prêtre Giusto Della Valle, qui se démène depuis des mois avec l’aide de Caritas Como pour ne pas laisser ces jeunes à la rue.

Mahamadou est le seul à avoir accepté d’être photographié. « Je n’ai rien à cacher », dit-il avec calme. Une détermination qu’il s’est forgée au fil de ces trois dernières années, loin des siens, livré dès l’âge de 12 ans aux passeurs et aux pires conditions de travail. Il n’a pas de famille en Europe, ce qui le prive de la possibilité d’un regroupement familial. Dans ses yeux, on lit une détermination sans faille à passer la frontière suisse. Par tous les moyens.

Texte: Fabrice Boulé, Caritas Suisse
Crédit photo: Reto Albertalli/Phovea

 

Partager cet article

Contenu de replacement