Navigation mit Access Keys

 

La fratrie est solidaire

Du haut de ses 8 ans, Ibrahim a déjà vu et vécu beaucoup de choses extrêmement dures à supporter : la violence, la misère, la mort, la perte et la destruction. Il a vécu seul avec son frère et sa sœur dans une maison qui a finalement été détruite par une bombe.

Blog : La fratrie est solidaireÀ Alep comme dans la plupart des villes syriennes, la situation est catastrophique en cette huitième année de guerre : l’économie est à terre, il n’y a pratiquement plus aucune infrastructure et la plupart des maisons ont été détruites. Ici, presque personne ne peut se représenter un quotidien normal, tel que nous le connaissons.
Ibrahim* (8 ans) était à la cuisine avec son frère Mohammed* (12 ans), sa sœur Hanna* (10 ans) et leur mère lorsqu’une bombe a touché leur maison. Le bâtiment s’est presque entièrement effondré et la famille a été enterrée sous les décombres. S’ils ont pu en réchapper presque indemnes, c’est grâce à leurs voisins qui se sont rapidement mobilisés pour les libérer. Mais le soulagement a été de courte durée. Directement après l’attaque, leur mère a été emprisonnée pour des raisons inconnues. Quant à leur père, soldat, voilà déjà plusieurs années qu’il a disparu.

Espoir pour les orphelins

Comme il ne restait plus personne de leur famille, les trois enfants ont été entièrement livrés à eux-mêmes. Ils se sont cachés dans ce qui restait de leur maison et se sont débrouillés seuls pendant des mois. Mohammed, l’aîné, a vendu des barres de cuivre qu’il avait trouvées dans le voisinage. Ils ont ainsi pu s’offrir un repas par jour. Pas de quoi être rassasiés, mais assez pour survivre. « Ici, c’est effrayant la nuit », explique Hanna. « Une fois, un homme a pénétré dans notre maison pendant la nuit et nous a volé notre nourriture. J’ai eu très peur qu’il me sépare de mes frères. Par la suite, nous avons essayé de bloquer la porte. »
Les collaborateurs de Caritas Alep ont trouvé les trois enfants traumatisés et affaiblis. Avec d’autres organisations, Caritas recherche leur mère et veille en attendant à placer Mohammed, Hanna et Ibrahim en sécurité dans un orphelinat.

Texte : Caritas International (Allemagne), remanié par Caritas Suisse 
Photo : Ibrahim et Hanna. © Patrick Nicholson / Caritas Internationalis

*Noms modifiés par la rédaction

Plus d’informations sur l’aide de Caritas en Syrie et dans les pays voisins

Dons

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS