Navigation mit Access Keys

 

« Je ne pourrais jamais tuer quelqu’un »

En Serbie, nous avons rencontré Abdalkarim Zahra. Un homme qui semble brisé et sans ressort. La brève histoire d’une courte vie.

Abdalkarim Zahra a passé deux ans en Turquie, avant de se rendre en Serbie. Il est de Syrie et a fui quand l’armée d’Assad a voulu l’enrôler.

« J’ai déserté », déclare-t-il. « Je suis un homme très sensible. Je ne pourrais jamais blesser ou tuer quelqu’un. » En Turquie, Abdalkarim Zahra a travaillé dans un atelier de chaussures. En quête d’une vie meilleure, il a fait la dangereuse traversée de la Méditerranée. Son voyage en Europe l’a conduit de la Turquie à la Serbie, en passant par la Grèce et la Macédoine. Des passeurs lui ont pris tout l’argent qu’il lui restait ; il a été battu par la police des frontières, hébergé dans plusieurs camps.

« J’ai parcouru tant de chemin, franchi tant de fleuves, gravi des montagnes, traversé des vallées. J’ai perdu mon pays et l’ensemble de mes biens. J’ai littéralement tout perdu. »

« Et maintenant, je suis simplement à bout. Puis-je encore me considérer comme un être humain ? », demande-t-il.

Abdalkarim Zahra a tout juste 26 ans.

Texte et photo : Kira Horvath, CRS

 

Partager cet article

Contenu de replacement