Navigation mit Access Keys

 

Hors caste

Au Népal, les Dalits sont toujours discriminés. Kamala Nepali qui a perdu deux de ses enfants lors du tremblement de terre du 25 avril a été forcée de constater que la catastrophe n’y a rien changé.

Kamala Nepali fait partie du groupe des Dalits, les « hors caste » dans le système de castes hindouiste. Bien qu’il ait officiellement été aboli au Népal depuis des décennies, ce système influence toujours considérablement les rapports sociaux dans le pays. Ainsi, il arrive sans cesse que des enfants de familles Dalits soient placés tout au fond de la classe à l’école et privés de cours de cuisine. À côté de l’exclusion sociale, les familles Dalits sont souvent aux prises avec des problèmes financiers et beaucoup comptent parmi les habitants les plus pauvres du pays.

Dans le cas de Kamala Nepali, un dur destin personnel vient s’ajouter au préjudice économique et social : comme elle subissait des maltraitances de la part de son mari atteint d’une maladie psychique, cette femme de 35 ans a déménagé voici six ans dans la maison de ses parents avec ses trois enfants. La jeune mère a perdu deux fils lors du tremblement de terre du 25 avril qui a provoqué l’effondrement de la maison de ses parents.

Kamala Nepali vit maintenant à Bhotechaur, mais son domicile officiel est Melamchi, l’une des régions du projet de Caritas. En tant qu’habitante de Melamchi, elle a demandé à Caritas de lui fournir de la tôle ondulée pour qu’elle puisse se bâtir un abri de fortune après le tremblement de terre. Mais la communauté villageoise de Melamchi s’est dressée contre elle ; ces gens ne voulaient pas la voir emporter des biens de secours dans le village de ses parents. Kamala Nepali était désespérée : « Si je me reconstruis une maison à Melamchi, je ne serai pas assez éloignée de mon mari qui recommencera à me battre. »

Au vu de cette situation difficile, l’équipe de Caritas a décidé de donner de la tôle ondulée à Kamala Nepali, bien que celle-ci n’habite pas dans la région du projet. Ce geste constitue certes une aide, mais la détresse financière et émotionnelle de Kamala Nepali reste grande : à côté des discriminations sociales réitérées, elle doit maintenant surmonter la perte de ses enfants et de la maison.

De la tôle ondulée pour la paix des ménages Par auteur invité, 10. septembre 2015 0 commentaires La vie quotidienne et le sens de la cohabitation peuvent beaucoup varier d’une culture à l’autre. Ainsi, une femme âge du district de Sindhupalchok craint que le soutien que sa fille lui apporte depuis le tremblement de terre ne porte préjudice au couple de cette dernière. À l’âge de 65 ans, Tika Devi Sapkota vit seule dans la province de Sindhupalchok, très touchée par le tremblement de terre. Elle-même a perdu la majeure partie de ses biens. « Avec l’aide de mes voisins, je me suis construit un premier abri provisoire avec de vieilles tôles ondulées, suite au tremblement de terre », explique-t-elle. Mais la vie n’est pas facile dans cette habitation provisoire : « L’eau qui goutte du toit et le bruit des glissements de terrain dans la vallée m’ont tenue éveillée bien des nuits. » La fille unique de Tika Devi vit dans un autre village avec son mari. Après le tremblement de terre, elle a déménagé chez sa mère. « Voilà déjà quatre mois que ma fille est ici pour m’aider », déclare Tika Devi. « Un temps, j’ai eu peur que la famille de son mari ne la rejette à cause de cette longue absence. » Mais grâce à la tôle ondulée qu’elle a reçue de Caritas, la délicate vieille dame a pu améliorer ses conditions de logement. Maintenant, elle peut aussi inviter son beau-fils à venir habiter avec elle et sa fille, jusqu’à ce que sa vie quotidienne se normalise et que sa fille puisse repartir la conscience tranquille. « Comme ça, c’est mieux pour tout le monde et le mariage de ma fille n’est pas remis en question. »

Texte: Manuela Brülisauer, Caritas Suisse 
Photo: Caritas Suisse

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS