Navigation mit Access Keys

 

«Écrivez-le!»

J’ai été frappée par la prestance d’Abdil. Le vieil homme se tenait assis droit et fier avec son turban blanc sur la tête et ses dents en or qui étincelaient. À ma grande surprise, il a accepté de se laisser prendre en photo. Lors de l’enregistrement au centre de Caritas, il parle du minuscule logement qu’il occupe dans la ville jordanienne de Zarka. Des couvertures et du chauffage dont il a besoin pour supporter le froid. Il s’enthousiasme au souvenir de la maisonnette où il vivait en Syrie, dans un village près de Deraa… jusqu’à ce que la guerre éclate et que les combats deviennent insupportables.

Abdil a quatre enfants. Deux sont restés en Syrie. Voilà quatre mois qu’il est sans nouvelle d’eux. « Rien. Ça n’est pas bon signe. Pas bon du tout. » Il me regarde en face et ses yeux s’emplissent de larmes.

Il serait bien resté en Syrie, assure-t-il, mais sa femme est malade. Il a aussi emmené sa fille handicapée avec lui en Jordanie, car les combats permanents la paniquaient complètement. Et le quatrième ? Depuis peu, il est aussi en Jordanie. « Il a failli mourir. Il était si gravement blessé qu’il a fallu lui amputer un bras et une jambe. » Son visage se durcit. Son sourire s’éteint. « Pourquoi personne ne s’intéresse à nous, les réfugiés de Syrie ? Pourquoi le monde ne fait rien ? » Il reçoit naturellement de l’aide du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés : 36 dinars toutes les deux semaines. Mais rien que le taxi qu’il doit prendre pour se rendre au bureau du HCR lui en coûte déjà 6, fulmine-t-il.

Il laisse éclater toute sa colère accumulée, sa déception, son désespoir. « Où devons-nous vivre ?  » Il s’arrête brusquement. Me jette un regard clair, perçant, en serrant fermement sa canne. « Écrivez, oui, écrivez que personne ne se mobilise pour la Syrie. Qu’on nous abandonne. Écrivez-le ! Le monde a oublié la Syrie. »

Son injonction me trotte longtemps dans la tête.

Texte: Livia Leykauf-Rota, Caritas Suisse / Photo: Livia Leykauf-Rota, Caritas Suisse

 

Partager cet article

Contenu de replacement