Navigation mit Access Keys

 

Échoués à Belgrade

Beaucoup de réfugiés qui sont refusés alors qu’ils sont déjà dans les frontières de l’Europe restent bloqués à Belgrade. Caritas aide ces gens en leur proposant un hébergement, de la nourriture, des vêtements et un conseil.

« J’ai entendu dire que mon mari se trouve en Croatie ! Que dois-je faire ? » me demande Ines* avec désespoir. Ines a un certain âge, elle vient d’Irak et se trouve actuellement dans le centre d’asile de Belgrade. Quelque part lors de leur longue fuite sur la route des Balkans, son mari et elle ont été séparés, et elle a entendu dire qu’on l’avait vu en Croatie. Au centre d’asile, l’équipe locale de Caritas, composée d’un interprète, d’une psychologue et d’un travailleur social, tente de calmer Ines et les trois collaborateurs la conseillent sur la marche à suivre maintenant.

Une délégation de Caritas venue de toute l’Europe a rendu visite au centre ces derniers jours et a pu voir de ses propres yeux quelles sont les tâches quotidiennes et les défis à relever sur place. À l’origine, le centre avait été mis sur pied pour des personnes qui demandaient l’asile en Serbie, mais ces derniers mois, les conditions et les besoins ont complètement changé. Le commissariat pour les réfugiés de la République de Serbie, responsable du centre, en a désormais ouvert les portes à tous les réfugiés qui traversent la Serbie dans un sens ou dans l’autre. Ils peuvent s’y reposer un peu et y reprendre des forces.

Quelques représentants du commissariat aux réfugiés ont rencontré la délégation de Caritas. Tout le monde est d’accord pour dire que le profil des personnes qui cherchent asile au centre a changé. Il y a de plus en plus de réfugiés provenant de pays africains. Ils ont été refoulés à la frontière croate et ont échoué à Belgrade. Selon le commissariat aux réfugiés, c’est là une conséquence directe de la décision de l’Allemagne et de l’Autriche de ne plus laisser passer que des personnes provenant de Syrie, d’Irak et d’Afghanistan. Les autres sont refoulés, et c’est ainsi que le centre de Belgrade devient un point de rassemblement pour les personnes qui retournent en arrière.

Le centre d’asile fournit aux réfugiés un hébergement, de la nourriture et la possibilité de se laver. Caritas soutient le centre par ses conseils, un service d’interprètes, des denrées alimentaires et des objets de première nécessité, articles hygiéniques, vêtements, chaussures, logistique.

Caritas Serbie fournit aussi des denrées alimentaires, des articles hygiéniques, des vêtements et des chaussures aux réfugiés qui errent dans les parcs et aux alentours des gares. Depuis septembre 2015, près de 150 000 réfugiés ont ainsi reçu une aide.

(*Nom modifié)

Texte : Ana Zikovic, Caritas Serbie / Photo : Caritas Serbie

 

Partager cet article

Contenu de replacement