Navigation mit Access Keys

 

De la tôle ondulée pour la paix des ménages

La vie quotidienne et le sens de la cohabitation peuvent beaucoup varier d’une culture à l’autre. Ainsi, une femme âge du district de Sindhupalchok craint que le soutien que sa fille lui apporte depuis le tremblement de terre ne porte préjudice au couple de cette dernière.

À l’âge de 65 ans, Tika Devi Sapkota vit seule dans la province de Sindhupalchok, très touchée par le tremblement de terre. Elle-même a perdu la majeure partie de ses biens. « Avec l’aide de mes voisins, je me suis construit un premier abri provisoire avec de vieilles tôles ondulées, suite au tremblement de terre », explique-t-elle. Mais la vie n’est pas facile dans cette habitation provisoire : « L’eau qui goutte du toit et le bruit des glissements de terrain dans la vallée m’ont tenue éveillée bien des nuits. »

La fille unique de Tika Devi vit dans un autre village avec son mari. Après le tremblement de terre, elle a déménagé chez sa mère. « Voilà déjà quatre mois que ma fille est ici pour m’aider », déclare Tika Devi. « Un temps, j’ai eu peur que la famille de son mari ne la rejette à cause de cette longue absence. » Mais grâce à la tôle ondulée qu’elle a reçue de Caritas, la délicate vieille dame a pu améliorer ses conditions de logement. Maintenant, elle peut aussi inviter son beau-fils à venir habiter avec elle et sa fille, jusqu’à ce que sa vie quotidienne se normalise et que sa fille puisse repartir la conscience tranquille. « Comme ça, c’est mieux pour tout le monde et le mariage de ma fille n’est pas remis en question. »

Texte: Manuela Brülisauer, Caritas Suisse
Photo: 
Caritas Suisse

 

Partager cet article

Contenu de replacement