Navigation mit Access Keys

 

Aller à la rencontre

Allons-nous (pouvoir) rester ici ? Si oui, combien de temps ? Comment établir des liens ? Ces questions préoccupent beaucoup de personnes réfugiées qui sont arrivées en Grèce. Ce nouveau pays, inconnu – peut-être seulement une étape du périple –, l’avenir incertain et la réserve d’une partie de la population locale rendent l’intégration difficile. C’est pourquoi Caritas Grèce crée souvent des occasions de rencontre entre les personnes réfugiées et la population grecque.

On a beaucoup joué, peint et ri le 2 juin au centre-ville d’Athènes. Destiné aux enfants, le « festival de rue de l’art et de l’acceptation » a tissé des ponts entre les personnes réfugiées et la population locale. Par le biais de l’art et de la créativité, plus de 70 écoles, familles, organisations et artistes ont attiré l’attention sur la nécessité de faire front commun pour une société solidaire à laquelle chacun et chacune puisse participer. C’est le seul moyen de combattre la discrimination et l’exclusion. Le festival antiracisme pour enfants et écoles est organisé par une association locale et par la ville d’Athènes, avec le soutien du HCR, de l’UNICEF et de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM). 
Caritas Grèce et beaucoup de personnes réfugiées qui trouvent de l’aide au centre social de Caritas se sont aussi impliquées. Elles ont accueilli les personnes intéressées à un stand. Les familles réfugiées ont ainsi pu nouer des contacts avec les Athéniens. 

L’intégration par le nettoyage des plages

Auf der Flucht - Aufeinander zugehenIl n’y a pas que les belles choses comme l’art qui permettent de tisser des liens et d’aller à la rencontre les uns des autres. Sur la plage de Bati, un lieu de baignade prisé au sud d’Athènes, les gens laissent toujours traîner beaucoup d’ordures, emballages en plastique et mégots de cigarettes. Un groupe de migrants désireux de faire un geste en faveur de l’environnement et des plagistes a consacré toute une journée de la mi-juin à nettoyer la plage. Les baigneurs et baigneuses ont été agréablement surpris par cette initiative. Ils ont abordé les réfugiés, ce qui a donné lieu à des échanges intéressants. Les enfants indigènes ont commencé à prêter main forte aux enfants réfugiés. 

Peu importe d’où l’on vient : il y a de la joie partout, pour peu qu’on tente de se comprendre.

Texte et photo : Caritas Grèce, texte remanié par Caritas Suisse

 

Partager cet article

Contenu de replacement

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS