La peur de l’hiver

La situation des réfugiés en Bosnie-Herzégovine est tendue - Service de presse 11/2020

Des milliers de réfugiés sont toujours bloqués en Bosnie-Herzégovine. Pour ces personnes, pas d’avant, pas d’après. L’hiver qui approche va encore aggraver la situation humanitaire précaire à l’intérieur et à l’extérieur des camps de réfugiés, notamment à cause de la pandémie de coronavirus.

La politique européenne en matière de réfugiés a des effets très différents selon les pays. Alors que le nombre de demandes d’asile en Suisse a beaucoup baissé, la situation s’est aggravée dans d’autres pays. La crise humanitaire en Grèce est au centre de l’attention publique. On sait moins que des milliers de réfugiés sont bloqués dans des conditions précaires en Bosnie-Herzégovine. Depuis janvier 2018, quelque 65 000 migrants sont arrivés dans ce pays. Rien qu’en 2020, les autorités bosniaques ont enregistré plus de 12 000 nouveaux arrivants. Le système d’asile de la Bosnie-Herzégovine est largement dysfonctionnel. Seuls quelques rares migrants ont jusqu’à présent réussi à demander l’asile ou à bénéficier d’une protection. La plupart d’entre eux ont l’intention de franchir illégalement la frontière avec la Croatie, actuellement fermée aux migrants, pour entrer dans les pays de l’Union européenne. Actuellement, environ 6000 demandeurs d’asile et réfugiés sont hébergés dans des centres d’accueil et autres logements formels. En outre, on estime que 4000 personnes vivent dans des habitations occupées illégalement, campent en plein air ou sont sur les routes de la migration dans le pays.

Les organisations d’aide se préparent au pire

La prévention du Covid-19 à l’intérieur et à l’extérieur des centres d’accueil est une tâche importante pour toutes les organisations d’aide s’occupant des migrants. Jusqu’à présent, une épidémie majeure a été évitée. Seuls quelques migrantes et migrants ont été testés positifs. Mais l’hiver est aux portes et il va aggraver la situation. Compte tenu des tensions politiques actuelles liées à la question des migrants, de la fermeture du centre d’accueil de Bira par les autorités locales, de la fermeture imminente d’autres centres d’accueil, la situation est très instable juste avant l’arrivée de l’hiver et les organisations d’aide se préparent au pire.

Installations de blanchisseries, distribution de colis alimentaires et coins thé

L’objectif du travail de Caritas Suisse est d’améliorer les conditions de vie des migrants et des réfugiés en Bosnie-Herzégovine. 1000 personnes particulièrement vulnérables vont recevoir de l’aide ces prochaines semaines ; il s’agit de mieux répondre à leurs besoins fondamentaux, et de les aider à se protéger et à protéger les autres du Covid-19. Plus spécifiquement, Caritas Suisse travaille à améliorer fondamentalement la situation sanitaire et hygiénique par l’installation de blanchisseries à l’intérieur et à l’extérieur des centres d’accueil et des stations de lavage des mains aux points de distribution. Caritas distribue également 5000 colis alimentaires. Nous fournissons aussi des vêtements appropriés, des articles d’hygiène et des sacs de couchage, surtout en dehors des centres d’accueil surpeuplés. Car là, les migrants ne peuvent pas espérer d’autres soutiens. Dans des coins thé spécialement aménagés à l’intérieur et à l’extérieur des centres d’accueil, nous proposons, en plus de thé chaud, des informations sur la prévention du coronavirus.

Les organisations d’aide sont bien interconnectées

Caritas Suisse travaille très étroitement avec des organisations partenaires locales expérimentées au sein et en dehors du réseau Caritas. À Bihać (canton d’Una-Sana), Tuzla et Sarajevo, les blanchisseries et les coins thé sont gérés par des travailleurs sociaux. Des équipes mobiles sont déployées en divers endroits de Bosnie-Herzégovine pour distribuer des biens de première nécessité. Cela se fait en coordination régulière et détaillée avec d’autres organisations actives. Car Caritas coordonne ses activités avec l’Agence des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), les autorités locales et des organisations de la société civile. Depuis 2018, grâce à ce type d’aide, Caritas Suisse a pu assister près de 26 000 migrants en répondant au mieux à leurs besoins fondamentaux. En outre, Caritas Suisse s’efforce de créer des possibilités d’intégration socio-économique des migrants et des réfugiés en Bosnie-Herzégovine.

Photo : Camp de réfugiés de Bira. (c) Caritas Suisse

 

Partager cet article

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS