Et s’il était possible d’empêcher un lac de disparaître ?

Changement climatique : l’assèchement des zones humides au Sahel est un grave danger - Service de presse 11/2018

Les zones humides au Sahel sont de véritables oasis pour les populations locales ainsi que pour les espèces animales et végétales qui y résident. Cependant, la pression induite par les pratiques non durables et les effets du changement climatique représentent des menaces importantes. Caritas conseille la population autour du lac Wégnia au Mali pour ménager ses ressources tout en augmentant ses revenus.

Le Mali, comme la majorité des pays d’Afrique, ne contribue que très faiblement aux émissions mondiales de gaz à effet de serre mais est très fortement impacté par les effets du changement climatique. Ce dernier se traduit par une modification dramatique des précipitations, plus courtes mais plus intenses. 

Le lac Wégnia est situé à environ 120 km au nord de Bamako. La région autour du lac Wégnia présente un réel potentiel de développement économique, mais elle est confrontée à la baisse du niveau de l'eau et au risque de disparition du lac par comblement. La diminution de la pluviométrie et l’augmentation de l’intensité des précipitations entraînent une réduction de l’infiltration de l’eau dans le sol et une augmentation de l’érosion qui participe à la dégradation des sols et au comblement du lac. La capacité de rétention du lac diminue, entraînant un faible réapprovisonnent des nappes phréatiques par infiltration et donc des ressources en eau potable. 

Les ressources alimentaires ont aussi fortement diminué ces derniers années avec une baisse des récoltes de l’ordre de 50% due à la réduction des précipitations et à la multiplication des périodes de sécheresse de plus en plus intenses. Aujourd'hui, les conditions de vie dans la région se sont considérablement dégradées. 

Des zones humides d’importance internationale

Si les zones humides dans le Sahel sont importantes pour les populations et les espèces locales, elle le sont aussi pour nous. En effet, elles constituent des sites d’hivernage ou d’étape pour les oiseaux migrateurs venus du Nord. La dégadration de ces sites est donc aussi un danger pour la biodiversité de nos régions. Pour les protéger, il existe un traité adopté en 1971 et qui est maintenant signé par plus de 160 pays : la Convention de Ramsar ou Convention relative aux zones humides d'importance internationale, particulièrement comme habitats des oiseaux d'eau.

Selon Wetlands International, la dégradation des zones humides est aussi une cause des migrations humaines qui mériterait plus de reconnaissance et d’attention. Dans une région où 20 millions de personnes sont classées par l'ONU en situation alimentaire précaire, principalement en raison du manque d'eau, les zones humides du Sahel sont de véritables lignes de vie.

Réduire la pauvreté et protéger les zones humides

L’approche de Caritas repose sur une hypothèse fondamentale selon laquelle la restauration et la protection des zones humides ne peut être durable que par le développement économique des populations locales. Elle est aussi basée sur la connexion entre l’eau, l’alimentation et l’énergie, qui signifie que les trois secteurs - la sécurité en eau, la sécurité alimentaire et la sécurité énergétique - sont inextricablement liés et que des actions dans un des secteurs ont des impacts dans l'un ou les deux autres secteurs.

  • Dans le secteur de l’eau, des mesures de défense et de restauration des sols, comme le reboisement et l’utilisation de cordons pierreux, augmentent l’infiltration des pluies tout en réduisant l’érosion. Ces pratiques permettent de protéger et de stabiliser les ressources en eaux de surface et souterraines. 
  • Dans le secteur de l’agriculture, des méthodes de production permettant d’obtenir des rendements plus élevés avec des variétés de semences résistantes et adaptées aux changements climatiques ainsi que des pratiques agro-écologiques augmentant la productivité et la fertilité des sols. La rotation des cultures et l’utilisation de fumure organique sont introduites. Ces mesures permettent aux producteurs de mieux subvenir à leurs besoins alimentaires. 
  • Enfin, dans le secteur de l’énergie, des technologies améliorées et plus efficaces pour la cuisson, la transformation et le stockage des marchandises sont introduites. Les habitants du lac ont ainsi accès à des équipements plus modernes afin d’améliorer leurs conditions de vie tout en réduisant la pression sur les ressources naturelles.

Sans pouvoir assurer que le lac Wégnia sera sauvé, les mesures misent en place par Caritas permettent d’atténuer les effets du changement climatique sur les populations locales. Ces dernières adaptent leurs pratiques quotidiennes et leurs techniques agricoles, leure permettant aisni d’augmenter leurs revenus.
 

 

Partager cet article

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS