Afrique de l’Est : la crise alimentaire n’en finit pas

27 millions de personnes ont besoin d’aide - Service de presse 1/2018

Depuis 2015, plusieurs pays d’Afrique de l’Est sont confrontés à une sécheresse sans précédent depuis des dizaines d’années. Les estimations prévoient qu’en 2018, 27 millions de personnes auront besoin d’aide dans les pays où Caritas est présente. Il est nécessaire de mettre en place des programmes d’aide humanitaire pour endiguer le risque d’une famine régionale.

La situation en Afrique de l’Est ne s’améliore pas. L’Éthiopie, le Kenya, la Somalie et le Soudan du Sud font partie des pays les plus durement touchés par la sécheresse. Les pluies ne tombent plus et la situation alimentaire de la population ne va pas s’améliorer. Le prix des denrées alimentaires s’élève de façon vertigineuse et une récente enquête de la Famine Early Warning Systems Network (FEWSNET) pronostique que le Soudan du Sud, notamment, risque fort de vivre une véritable famine dans le premier semestre 2018. Une grande partie de la population vit de l’agriculture et de l’élevage ; cette population ne sera plus en mesure d’assurer son approvisionnement à cause de la sécheresse et de l’absence de récolte. Et, outre la pénurie alimentaire, plus de 15 millions de personnes seront privées d’accès à l’eau potable. Le Soudan du Sud, en butte à un conflit armé, vit la crise alimentaire de façon encore plus aiguë. On peut s’attendre à ce qu’un grand nombre de paysans ne travaillent pas leurs terres par peur des violences ; à cause de l’instabilité politique et de l’absence de récoltes, les marchés locaux ne seront pas approvisionnés et le prix des denrées alimentaires augmentera encore.

La violence, l’insécurité politique, la sécheresse et la famine qui s’additionnent ont déjà forcé plus de 4,6 millions de personnes en Afrique de l’Est à fuir, pour la plupart vers les pays voisins. Sans une aide extérieure, ces personnes ne pourront pas restaurer les bases de leur existence. Il faut donc leur apporter une aide d’envergure et durable sous la forme d’aide d’urgence, mais aussi des perspectives de développement à long terme.

Comment Caritas Suisse s’est-elle engagée jusqu’ici ?

Caritas Suisse est présente depuis des années en Éthiopie, au Kenya, en Somalie et au Soudan du Sud, où elle coopère la plupart du temps avec des partenaires locaux. La plupart des projets de Caritas visent à réduire la vulnérabilité des populations particulièrement pauvres des régions rurales.

En Éthiopie, Caritas concentre son aide d’urgence sur la sécurité alimentaire et l’approvisionnement en eau, qui englobe l’accès à l’eau potable et l’eau pour la production alimentaire. Dans le domaine de la sécurité alimentaire, Caritas investit dans l’amélioration et la diversification des produits alimentaires, l’amélioration de l’accès au marché pour les agriculteurs et une agriculture durable et économe en ressources.

Au Kenya, Caritas est également active dans le domaine de l’eau et de l’hygiène, avec un accent particulier sur l’eau potable et l’irrigation. On explore des approches innovantes pour adapter l’agriculture aux nouvelles conditions climatiques, améliorer les méthodes d’irrigation et réduire les effets du réchauffement climatique.

Au Somaliland, plus de 10 000 ménages ont reçu une aide financière en 2017 leur permettant d’acheter de la nourriture et d’améliorer leur situation nutritionnelle. Les femmes enceintes et allaitantes ont reçu une formation ciblée en matière d’hygiène et de sécurité alimentaire et ont pu améliorer leur connaissance des effets négatifs de la malnutrition et des dangers des maladies diarrhéiques.

Au Soudan du Sud, Caritas a centré son action sur l’aide directe à la survie de la population sinistrée. Afin de répondre également à la crise des réfugiés, Caritas a aidé les réfugiés venant du Soudan du Sud installés dans un camp de réfugiés en République démocratique du Congo. L’œuvre d’entraide leur a fourni de la nourriture, des installations de cuisine et des produits d’hygiène. Des mesures visant à assurer la protection des femmes et des jeunes filles et à prévenir la violence sexuelle dans les camps de réfugiés ont également été prises dans le cadre du projet.

Comment Caritas Suisse s’engage-t-elle à moyen terme ?

Une amélioration de la situation n’est pas en vue en Afrique de l’Est pour l’année qui commence. Caritas Suisse va donc continuer de s’engager dans ces pays. Lorsque c’est nécessaire, Caritas apportera une aide d’urgence adaptée aux besoins les plus aigus de la population. Si la situation sécuritaire le permet, on peut aussi lancer dès à présent des projets à plus long terme en matière d’eau et de sécurité alimentaire. Au Somaliland, par exemple, Caritas prévoit de former du personnel médical qui permettra d’améliorer la situation sanitaire des femmes et des enfants sous-alimentés. Au Soudan du Sud, Caritas a également lancé un nouveau projet dans le cadre duquel on répare et remet en fonction d’anciens puits, on construit des réservoirs pour l’eau potable et on distribue des denrées alimentaires à la population. Caritas prévoit également de distribuer des semences, de former les femmes des villages aux bases de l’alimentation des enfants et de fournir aux enfants sous-alimentés des régions rurales un accès aux soins médicaux.

Photo: Joshua Smith/Caritas Suisse

Plus d'informations sur l'aide de Caritas pour les victimes de la sécheresse en Afrique de l'Est

 

Partager cet article

 
[Übersetzen auf Français] Ersatzinhalt-Startseite-Standard-DE
 
 

Caritas Suisse
Adligenswilerstrasse 15
Case postale
CH-6002 Lucerne

 

PC 60-7000-4
IBAN CH69 0900 0000 6000 7000 4
Les dons peuvent être déduits des taxes.

 

Dons

Prenez contact avec nous. Nous vous conseillons volontiers personnellement.

PLUS