Caritas Schweiz https://www.caritas.ch/ fr-ch Enfin de l’eau !
Le tremblement de terre du 28 septembre a provoqué une pénurie d’eau dans le village de Sibalaya Utara : tous les puits et les conduites d’eau ont été détruits. Du jour au lendemain, les habitant-e-s n’ont plus eu accès à l’eau. Ils racontent eux-mêmes ce que ça a impliqué et comment Caritas les a aidés. ]]>
L’aide au développement, n’est-ce pas une notion dépassée ?
Réponses à des questions pressantes - Service de presse 06/2019 ]]>
Pourquoi la Suisse doit avoir une coopération au développement forte
46 réponses à des questions pressantes - Service de presse 6/2019 ]]>
Promotion du marché en faveur des plus pauvres
Une coopération au développement efficace - Service de presse 6/2019 ]]>
Position de Caritas sur le message sur la coopération internationale 2021-2024
Consultation sur l’avenir de la coopération internationale - Service de presse 6/2019 ]]>
Pourquoi la coopération au développement est-elle encore nécessaire aujourd’hui ?
Réponses aux questions pressantes - Service de presse 05/2019 ]]>
Assurés deux fois malgré l’interdiction
Caisse maladie et doubles assurances - Service de presse 05/2019 ]]>
Engagement en baisse ‒ besoins en hausse : Monsieur le Conseiller fédéral Cassis, il faut corriger le tir
L’engagement suisse en matière d’aide au développement - Service de presse 05/2019 ]]>
Organiser socialement la mutation technologique
Les effets de la numérisation sur la société et le marché de l’emploi - Service de presse 05/2019 ]]>
De l’argent cash versé à bon escient
Aide à la survie efficace pour les personnes en situation de crise - Service de presse 05/2019 ]]>
« Lavez-vous les mains ! Frottez-les bien ! »
Dans le cadre de son travail de reconstruction des écoles au Népal, Caritas s’emploie aussi à ce que les élèves sachent se protéger contre les maladies par une bonne hygiène. Cela passe par une sensibilisation, ainsi que par un accès à de l’eau propre et à des installations sanitaires. Dans le domaine de l’eau, des installations sanitaires de base et de l’hygiène (WASH), Caritas Suisse collabore étroitement avec Helvetas Népal qui se charge de la planification et de la mise en œuvre. Pour sensibiliser la population à l’importance de se laver les mains, Helvetas poursuit une approche novatrice : le WASH-song ! Trois de ses collaborateurs, Govinda Raj Rokaya, Hemanta Chemjong et Avash Poudel, expliquent dans cet article de quoi il retourne. ]]>
Un meilleur avenir grâce au fromage, yoghourt et ghee
À Irbid, en Jordanie, ce n’est pas facile de gagner un revenu sûr - particulièrement lorsqu’on est une femme. Mais ces dernières peuvent désormais se construire un meilleur avenir grâce à la transformation du lait. Caritas les y aide. ]]>
La charge des primes d’assurance-maladie reste trop élevée
Le Parlement corrige en dernière minute l’augmentation automatique des franchises - Service de presse 04/2019 ]]>
Un revenu pour des milliers de petits paysans dans les Balkans
La Coopération au développement : quel effet ? - Service de presse 04/2019 ]]>
Le modèle du canton de Bâle-Campagne
Deux cantons mettent en place une stratégie contre la pauvreté - Service de presse 04/2019 ]]>
Shaima et Rouha apprennent pour l’avenir
La guerre a forcé Mohammad et sa famille à fuir leur maison près d'Alep vers la capitale syrienne. Ses enfants ont dû interrompre ou abandonner l'école, les plus âgés travaillent pour aider à l’entretien de la famille. Il n'y a pas d'autre solution. Le Centre de jour Caritas aide ses filles cadettes Shaima (10)* et Rouha (11) à rattraper leur retard d'apprentissage et à reprendre courage pour affronter la vie. ]]>
«Les habitants des zones inondées devront recevoir de la nourriture au moins pendant les six prochains mois»
Interview de Bernhard Huwiler, délégué de Caritas Suisse à Chimoio, Manica, Mozambique. ]]>
Exode au Venezuela
La plus grande crise de réfugiés de l’histoire de l’Amérique du Sud - Service de presse 03/2019 ]]>
Lacunes du financement de la protection juridique
Nouvelle procédure d’asile - Service de presse 03/2019 ]]>
Une prise en charge accessible à toutes et tous
Il faut agir et financer les offres de prise en charge des personnes âgées - Service de presse 03/2019 ]]>
Comment la famille Mawas a évité le pire de justesse
En septembre 2018, Ali Mawas, assis sous sa tente, dans un camps pour réfugiés au Liban, avait perdu tout espoir : très malade, il ne savait pas comment il allait nourrir sa famille les jours à venir, ni même s’ils auraient encore un toit au-dessus de la tête. Dans cette détresse absolue, Caritas est entrée en action. ]]>
Un revenu pour Martina et Mariata – et un nouveau chemin pour leur village
Martina et Mariata ont perdu leurs maisons et tout ce qu’elles possédaient lors du tsunami et du tremblement de terre qui ont frappé l’île de Sulawesi en Indonésie. Toutes deux sont veuves et doivent subvenir elles-mêmes à leurs besoins. Les deux amies participent avec enthousiasme au projet cash-for-work de Caritas qui leur procure provisoirement un revenu. ]]>
Résultat des dons réjouissant
Comptes annuels 2018 de Caritas Suisse - Service de presse 02/2019 ]]>
Sans règles contraignantes, l’inégalité entre hommes et femmes va augmenter 
La lutte contre la pauvreté des femmes est en recul - Service de presse 02/2019 ]]>
Pour chaque crise, le filtre adéquat
Filtres pour le traitement de l’eau potable - Service de presse 02/2019 ]]>
L’aide au développement contribue à diminuer la pauvreté
Quel est l’efficacité de la Coopération Internationale? - Service de presse 02/19 ]]>
« Le plus grand danger vient encore des humains, pas de la technique»
Entretien avec l’écrivain Jonas Lüscher sur la numérisation - Service de presse 01/2019 ]]>
Sulawesi : une triple catastrophe et bien des vicissitudes
Après la catastrophe en Indonésie, des villages isolés sont particulièrement tributaires d’une aide - Service de presse 01/2019 ]]>
Lutter contre la pauvreté - mais pas seulement
Quels sont les effets de l’aide internationale au développement ? - Service de presse 01/2019 ]]>
En pleine catastrophe, une « maison d’or » pour les enfants
Leur maison s’est effondrée dans le tremblement de terre, peut-être des parents ou des amis sont-ils morts : pour les enfants, les catastrophes naturelles, tremblements de terre ou tsunami, sont souvent encore plus traumatisantes que pour les adultes. En effet, dans ces situations, les familles n’ont pas toujours le temps et l’énergie de s’occuper vraiment des besoins des enfants. C’est là que Caritas entre en jeu. Patricia Kröll s’est rendue dans une « maison d’or », un lieu où l’on aide les enfants à surmonter les horreurs de la catastrophe. ]]>
Comment l’établissement scolaire de Terse aide les enfants à apprendre
Un bon établissement scolaire n’est pas seulement une maison sûre et stable : la construction et l’aménagement du site abritant l’école influence l’enseignement, l’environnement de l’apprentissage et donc directement les résultats des élèves. Au cours d’un séjour au Népal, Lara Müller, maîtresse d’école enfantine et primaire, a eu l’occasion de visiter l’école de Terse et d’assister aux cours dans cet établissement dont Caritas Suisse venait d’achever la construction. ]]>
Lutte contre la pauvreté : une mauvaise décision peut être corrigée
Le Programme national de prévention et de lutte contre la pauvreté est terminé - Service de presse 12/2018 ]]>
Rendre la crise climatique supportable pour les plus pauvres
Adaptation aux risques issus du changement climatique - service de presse 12/2018 ]]>
Budget 2019 : des milliards d’excédents à la charge des plus pauvres
Budget et loi sur le CO2 lors de la session d’hiver - Service de presse 12/2018 ]]>
Une imposante machine agricole, du savoir-faire et des pommes de terre pour promouvoir les revenus
Aucun pays dans le monde n’accueille autant de réfugiés par habitant que le Liban. Plus cette situation perdure, plus il est vital de venir durablement en aide aux Syriennes et aux Syriens en fuite et à la population locale. Durant l’automne 2018, main dans la main avec l’organisation syndicale des ouvriers agricoles libanais, Caritas Suisse a lancé un nouveau projet dans la vallée de la Bekaa. Il s’articule autour d’une imposante machine agricole, d’un transfert de connaissances – et de pommes de terre. ]]>
Ne pas réduire les efforts contre la pauvreté des enfants
Des pas hésitants en matière de prévention et de lutte contre la pauvreté des enfants - Service de presse 11/2018 ]]>
Les primes d’assurance-maladie ne doivent pas excéder un mois de salaire
Les postulats de Caritas sur la politique de lutte contre la pauvreté à la Confédération et aux cantons - Service de presse 11/2018 ]]>
Et s’il était possible d’empêcher un lac de disparaître ?
Changement climatique : l’assèchement des zones humides au Sahel est un grave danger - Service de presse 11/2018 ]]>
« Il n’y a pas de mot pour la peur »
Le séisme suivi d’un tsunami qui a frappé l’île indonésienne des Célèbes a détruit une grande partie du village côtier de Loli Tasiburi. Il laisse des souvenirs douloureux chez les habitants. Esther Grabher travaille à Caritas Suisse pour l’aide humanitaire et elle s’est rendue sur place. ]]>
« Nous repartons maintenant de zéro »
Ida est infiniment soulagée que ses enfants, son mari et elle-même aient réchappé du tremblement de terre et du tsunami qui ont frappé l’île des Célèbes sans qu’aucun d’eux n’ait été blessé. Ils ont eu beaucoup de chance. Mais comment continuer à vivre dans ce lieu de désolation peuplé de souvenirs douloureux ? Comment se construire une nouvelle vie ? ]]>
Avalés par le sol
Fin septembre, l’île des Célèbes en Indonésie a été secouée par un tremblement de terre qui a aussi déclenché un tsunami. À plusieurs endroits, le sol sablonneux s’est liquéfié et a englouti des milliers de maisons. Caritas Suisse réalise un projet d’aide d’urgence avec le soutien de la Chaîne du Bonheur et de sa partenaire locale, l’organisation IBU. Ethel Grabher, collaboratrice de Caritas Suisse, s’est rendue dans la ville détruite de Palu et ses environs. ]]>
Remettre une école, qu’est-ce que cela veut dire ?
600 élèves, garçons et filles, du jardin d’enfants à l’âge de 12 ans. Ces enfants fréquentent l’école de Saraswati au Népal. Caritas Suisse l’a reconstruite après le tremblement de terre de 2015. En août, l’école a été terminée et remise officiellement aux autorités scolaires de la commune. Patricia Kröll, collaboratrice de programme pour le Népal, était présente. Elle raconte la journée de cérémonie de remise de l’école. ]]>
Décider de ses dispositions de fin de vie au bon moment
Directives anticipées en matière de santé - Service de presse 10/2018 ]]>
Protection des réfugiés particulièrement vulnérables
Réinstallation des réfugiés : des voies de fuite sûre sauvent des vies - Service de presse 10/2018 ]]>
Inégalité de traitement des réfugiés en matière de regroupement familial
La pratique du Tribunal administratif fédéral viole un droit fondamental - Service de presse 10/2018 ]]>
La politique fiscale va à l’encontre de la coopération au développement
Les obstacles à la création de valeur dans les pays en développement - Service de presse 10/2018 ]]>
Le droit international est plus important que jamais
Caritas dit non à l’initiative dite « pour l’autodétermination » - Service de presse 10/2018 ]]>
Il faut contrer la traite des êtres humains
Traite des êtres humains : un aspect sordide de la migration - Service de presse 9/2018 ]]>
Des enfants s’ouvrent à la culture
La CarteCulture encourage la participation d’enfants de familles à petit budget à la vie culturelle - Service de presse 9/2018 ]]>
Nos actions engendrent des réfugiés
Les motifs de fuite dans la perspective du développement - Service de presse 9/2018 ]]>
Un voyage au pays de la couleur
Avec le pinceau, on peut exprimer ce qui ne se laisse pas verbaliser. Peindre peut justement aider les enfants à donner forme à leurs rêves, mais aussi à exprimer leurs traumatismes. Caritas Grèce a organisé fin juin 2018 un cours de peinture pour les enfants réfugiés. Pour cela, elle a fait appel à la célèbre artiste Evi Photopoulos. Témoignage de Valentini Garoufallidou, travailleur social à Caritas Grèce. ]]>
Les oubliés à l’est de l’Ukraine
À l’écart de l’attention internationale, plus de quatre millions de personnes font les frais d’un conflit armé à l’est de l’Ukraine. Caritas Ukraine leur prodigue des secours d’urgence. Depuis 2015, elle peut compter sur l’appui continu de Caritas Suisse. Mandy Zeckra, responsable de l’aide humanitaire chez Caritas Suisse, s’est rendue sur place en avril. Elle dépeint la situation actuelle. ]]>
Aller à la rencontre
Allons-nous (pouvoir) rester ici ? Si oui, combien de temps ? Comment établir des liens ? Ces questions préoccupent beaucoup de personnes réfugiées qui sont arrivées en Grèce. Ce nouveau pays, inconnu – peut-être seulement une étape du périple –, l’avenir incertain et la réserve d’une partie de la population locale rendent l’intégration difficile. C’est pourquoi Caritas Grèce crée souvent des occasions de rencontre entre les personnes réfugiées et la population grecque. ]]>
Renforcer l’agriculture des petits paysans
Impacts de la mondialisation sur l’agriculture des pays du Sud - Service de presse 8/2018 ]]>
Les procédures d’asile produisent des sans-papiers
Expériences de la représentation des œuvres d’entraide en Thurgovie - Service de presse 8/2018 ]]>
Tenir compte des conditions particulières
Conseil en vue du retour des requérants d’asile et des réfugiés - Service de presse 8/2018 ]]>
La Suisse doit s’engager plus fermement
Coopération internationale de la Confédération pour les années 2021–2024 - Service de presse 8/2018 ]]>
« C’est une chance que Caritas nous soutienne. »
Nous rencontrons Yassin Ibrahim dans le petit poste sanitaire du chef-lieu de Xagal, Somaliland. Cet homme de 32 ans est l’un des deux infirmiers communaux de la localité ; il est responsable des soins de base d’environ 8500 personnes. Ce qu’il a à dire au sujet des conditions de vie des habitants de son village est impressionnant. Il croit néanmoins à l’avenir de son pays. ]]>
Bondo doit vivre avec le risque
Une année après l’éboulement du Piz Cengalo - Service de presse 7/2018 ]]>
Agriculture bio contre la faim
Jardins urbains à Cuba - Service de presse 7/2018 ]]>
Le Conseil fédéral évite les déclarations claires
Rapport du Conseil fédéral sur l’Agenda 2030 de l’ONU pour le développement durable - Service de presse 7/2018 ]]>
Changement climatique : des paysans aisés devenus mendiants
Faim au Somaliland - Service de presse 7/2018 ]]>
Alep : paix et destruction
Au début de l’année, nous avons visité Alep dans le cadre d’une petite délégation, pour nous faire une idée par nous-mêmes de la situation humanitaire. Nous avons discuté avec des collaborateurs de notre organisation partenaire et avec des personnes soutenues par Caritas. Nous avons trouvé une ville dont les habitants ne sont de loin pas au bout de leurs peines, malgré la fin des opérations de combat. ]]>
« En temps normal, nous vivons bien. »
Aisha Omar (35 ans) vit avec ses huit enfants à Gugux, un village de la région de Sheik au Somaliland, situé sur un haut plateau auquel on accès depuis la ville portuaire de Berbera par une route de montagne spectaculaire. Là où s’égayaient autrefois des milliers de chèvres et de moutons règne aujourd’hui un calme presque fantômatique – conséquence de la sécheresse dévastatrice. La famille d’Aisha souffre elle aussi des conséquences de la catastrophe. ]]>
Afrique de l’Est : entre crue subite et famine
La faim menace près de 13 millions de personnes - Service de presse 6/2018 ]]>
Que vont devenir les réfugiés rohingyas ?
Plus de 700'000 personnes ont fui le Myanmar vers le Bangladesh depuis août 2017 - Service de presse 6/2018 ]]>
Lorsque le climat quitte le corridor autorisé
Limites de l’adaptation au changement climatique dans les pays du Sud - Service de presse 6/2018 ]]>
Le conseiller en intégration comme tisseur de liens
Intégration professionnelle des réfugiés à Fribourg - Service de presse 6/2018 ]]>
Progrès des enfants réfugiés à la Maison de la Jeunesse
Intégration réussie à Immensee (SZ) - Service de presse 6/2018 ]]>
Une journée à Melamchi : « Tout le monde œuvre à un avenir meilleur »
Voilà bien deux mois que le nouveau civiliste Simon Flückiger participe à la reconstruction de 36 établissements scolaires au Népal. Il évoque des rencontres surprenantes, des défauts de construction et l’ambiance animée d’une journée tout à fait ordinaire à Melamchi où il habite et travaille maintenant. ]]>
Bénévoles à l’étable pour redonner courage
Des bénévoles aident les exploitations de montagne suisses en difficulté - Service de presse 5/2018 ]]>
Les PC doivent combattre la pauvreté
La réforme des prestations complémentaires s’est perdue - Service de presse 5/2018 ]]>
La migration, l’espoir
« Migration mixte » : on ne fait plus la différence entre migration forcée et migration volontaire - Service de presse 5/2018 ]]>
Le bidonville comme cadre d’une vie décente
Au Kenya, Caritas aide la population d’un bidonville de Nairobi à lutter contre la pauvreté - Service de presse 5/2018 ]]>
De meilleures chances pour les jeunes réfugiés
Prise de position de Caritas sur l’intégration des jeunes réfugiés - Service de presse 5/2018 ]]>
La fratrie est solidaire
Du haut de ses 8 ans, Ibrahim a déjà vu et vécu beaucoup de choses extrêmement dures à supporter : la violence, la misère, la mort, la perte et la destruction. Il a vécu seul avec son frère et sa sœur dans une maison qui a finalement été détruite par une bombe. ]]>
Les proches aidants — seuls, et à la limite de leurs forces
Apporter de l’aide à temps - Service de presse 4/2018 ]]>
Nouvelles perspectives pour les personnes surendettées
Révision de la législation en matière d’endettement privé (crédit à la consommation) - Service de presse 4/2018 ]]>
Il y a chantier et chantier
En tant qu’ingénieur diplômé en génie civil, Pascal Broder a déjà suivi beaucoup de chantiers en Suisse. Il effectue maintenant son service civil au Népal. Mais il y a chantier et chantier : comme il l’explique dans ce blog, les défis ne sont absolument pas les mêmes au Népal. ]]>
Pouvoir enfin mieux profiter de la vie : l’histoire de Jamil
Parti de Syrie, Jamil est arrivé à Athènes après être passé par la Turquie et Lesbos. Enfin, il entrevoit à nouveau un avenir. ]]>
Les femmes d’Alep continuent à se battre
Safaa al-Abdallah vit avec ses cinq enfants dans un minuscule appartement d’Alep sombre et dépouillé. Depuis que son mari a disparu dans les troubles de la guerre, elle doit subvenir seule aux besoins de la famille – une bien lourde charge pour une personne sans formation. Beaucoup de femmes d’Alep sont dans le même cas. ]]>
L’aide sociale doit rendre justice aux personnes
Les professionnels du social en Suisse se penchent sur leur marge d’appréciation des situations individuelles - Service de presse 3/2018 ]]>
La coopération internationale n’est pas la politique d’asile
La politique migratoire extérieure de la Suisse - Service de presse 3/2018 ]]>
Aide aux personnes vulnérables : de l’argent plutôt que des colis
Les programmes de transferts de fonds, une nouvelle tendance de l’aide humanitaire - Service de presse 3/2018 ]]>
L’aide d’urgence en Syrie est plus nécessaire que jamais
La Syrie entre dans sa huitième année de guerre. Les conditions humanitaires sont catastro-phiques - Service de presse 3/2018 ]]>
Le Conseil fédéral ne respecte pas le droit international
Première audition des requérants d’asile mineurs non accompagnés - Service de presse 3/2018 ]]>
Savoir faire face à la peur
Le tremblement de terre qui a frappé le Népal en avril 2015 a, non seulement détruit le pays, mais a aussi fortement atteint le sentiment de sécurité des habitants. Dans la commune de Sindhupalchok, les jeunes souffrent de peurs et d’anxiétés qui découlent du traumatisme qu’ils ont vécu. Caritas cherche à les aider à le surmonter. ]]>
Les petits paysans ont besoin d’aide pour s’adapter
Changement climatique et sécurité alimentaire au Mali - Service de presse 2/2018 ]]>
Il est crucial de disposer d’interprètes qualifiés
L’interprétariat dans le conseil et la représentation juridique durant la procédure d’asile accélérée - Service de presse 2/2018 ]]>
Un engagement contestable en Érythrée
La Suisse instrumentalise la coopération au développement – et se fourvoie - Service de presse 2/2018 ]]>
La pauvreté présente un visage féminin
L’égalité entre femmes et hommes réduit la pauvreté en Suisse - Service de presse 2/2018 ]]>
Beaucoup d’enthousiasme pour sa nouvelle vie professionnelle
Antonia* a fui l’Afrique de l’Ouest avec ses deux enfants pour trouver refuge en Grèce. Même si son voyage se termine géographiquement en Grèce, Antonia continue d’avancer personnellement et professionnellement. Cette femme créative et dynamique poursuit ses rêves avec ténacité. Grâce au soutien de plusieurs organisations, ses objectifs prennent lentement forme. ]]>
Modifications des ordonnances sur l’asile dans le cadre de la restructuration du domaine de l’asile
Pour une représentation juridique efficace - Service de presse 1/2018 ]]>
Sommet de l’ONU au Mexique au sujet du Pacte mondial pour la migration
Un pas décisif vers une migration digne ? - Service de presse 1/2018 ]]>
650 000 Rohingyas dépendent de l’aide humanitaire
La fin de la crise des réfugiés Rohingyas au Bangladesh n’est pas pour demain - Service de presse 1/2018 ]]>
Comment la coopération au développement permet de faire face aux dangers naturels
Moins de gris, plus de vert - Service de presse 1/2018 ]]>
Afrique de l’Est : la crise alimentaire n’en finit pas
27 millions de personnes ont besoin d’aide - Service de presse 1/2018 ]]>
L’Almanach social 2018 de Caritas Suisse se penche sur le thème du nationalisme
Quelles sont les conséquences de la polarisation sociale ? - Service de presse 1/2018 ]]>
Des expéditions à moto – et une masse de riz
Un autre Suisse effectue son service civil au Népal. Voilà déjà deux mois que Pascal Broder est sur place. Cet étudiant en ingénierie civile participe à la surveillance des 16 chantiers à partir de Melamchi, une petite localité située dans une vallée de montagnes. Dans une brève interview, il raconte son quotidien. ]]>
« Nous avons été chaleureusement accueillis par les élèves »
Seize jeunes des Centres de jeunes de Gimel, Aubonne et Etoy et leurs accompagnateurs se sont rendus au Népal en octobre pour réaliser un camp solidaire. Ils ont visité une école reconstruite par Caritas dans le district de Sindhupalchok. Le récit d’Yvan, l’un des participants. ]]>
« Les Épiceries doivent s’adapter à la lutte des prix »
Cinq questions à Bruno Bertschy, président de la coopérative des Épiceries Caritas - Service de presse 12/2017 ]]>
Le canton de Berne va trop loin
Les normes CSIAS bafouées : l’aide sociale doit être régie par une loi-cadre nationale - Service de presse 12/2017 ]]>
La politique de lutte contre la pauvreté doit sortir du flou
En 2018, le Conseil fédéral doit enfin formuler une stratégie de lutte contre la pauvreté - Service de presse 12/2017 ]]>
Quand on veut, on trouve un moyen
La Grèce peine à suivre avec l’enregistrement, la prise en charge et l’approvisionnement des réfugiés. De ce fait, les personnes en quête de protection doivent parfois vivre dans des conditions extrêmement difficiles. Malgré ces circonstances contraires, il y a des gens qui ont conservé leur optimisme et leur foi en une vie meilleure. Parmi eux Mustafa, 16 ans. ]]>
Premier jour d’école pour les enfants réfugiés en Grèce
Le 11 septembre 2017, la cloche de l’école sonnait le début d’une nouvelle année scolaire pour les enfants en Grèce. Les enfants plus âgés se retrouvaient après les longues vacances d’été, et une nouvelle phase de la vie commençait pour les élèves de première année. Cette année, les enfants de réfugiés et de migrants scolarisés dans les écoles d’Athènes ont pu commencer — au moins provisoirement — une nouvelle aventure. ]]>
Comité d’action pour l’hiver
Les représentants des entreprises viennent expliquer leurs offres et démontrer la qualité des bâches de plastique qu’elles proposent. Les ont-elles en stock ? Les quantités nécessaires pourront-elles être livrées à temps ? Comment sont-elles découpées, et qu’en est-il des coûts de transports ? ]]>
Des crédits au comptant viciés
Crédits à la consommation: indices de violations systématiques et dénonciation à la FINMA - Service de presse 11/2017 ]]>
« L’urgence est notre quotidien »
Pédagogie d’urgence pour les enfants réfugiés de la Maison de la Jeunesse d’Immensee - Service de presse 11/2017 ]]>
Protection et perspectives pour les réfugiés climatiques
Prise de position de Caritas sur les réfugiés climatiques - Service de presse 11/2017 ]]>
L’école, c’est ce qui compte
Au Népal, Caritas Suisse propose une formation de qualité - Service de presse 11/2017 ]]>
Qu’en est-il de la jeunesse ?
L’innovation dans la formation professionnelle crée des perspectives pour les jeunes gens du Tchad - Service de presse 11/2017 ]]>
«La pauvreté s'est étendue lentement, mais sûrement dans ma vie»
Il est déjà suffisamment dur de vivre avec des douleurs permanentes. Si des soucis financiers viennent encore s’y ajouter, la situation devient proche de l’insupportable. Janine*, qui a élevé seule quatre enfants aujourd’hui adultes, raconte sa vie difficile en marge de la société. ]]>
École en détresse au Liban
Largement plus d’un million de personnes fuyant la guerre en Syrie se sont réfugiées dans le petit pays voisin. Dans le Liban d’aujourd’hui, près de la moitié des enfants en âge de scolarité sont des réfugiés. ]]>
De l’argent grâce aux déchets ? Des emplois pour les réfugiés
Programme Cash-for-Work en Jordanie - Service de presse 10/2017 ]]>
« La manière de procéder des caisses-maladie complique beaucoup la vie des jeunes qui prennent leur indépendance »
5 questions à Bea Heim sur sa motion concernant les enfants qui héritent des dettes de leurs parents - Service de presse 10/2017 ]]>
« Les besoins sont immenses »
Aide de Caritas à 70 000 Rohingyas réfugiés au Bangladesh - Service de presse 10/2017 ]]>
Un logement à loyer modéré allège la pauvreté
Journées du logement de Granges du 8 au 15 novembre - Service de presse 10/2017 ]]>
« Notre course contre la mousson a été particulièrement impressionnante »
Pendant quatre mois, l’architecte Raphael Disler a soutenu en tant que civiliste le projet de reconstruction de Caritas au Népal. Dans une brève interview, il livre ses impressions au moment du départ. ]]>
Elle n’a plus de maison, mais elle cuisine pour cent personnes
La côte sud de Cuba a été balayée par l’ouragan « Irma ». La collaboratrice de Caritas Karin Mathis a rencontré dans la localité côtière de Jucaro un couple dont la maison a été détruite. Adriana cuisine pour d’autres villageois encore plus mal lotis. ]]>
Un cadre pour la coordination globale de la migration
Conférence sur le Pacte mondial pour la migration, vendredi 10 novembre 2017 - Service de presse 9/2017 ]]>
Renforcer la population des bidonvilles au Bangladesh
L’expansion urbaine découle à la fois du changement climatique et de la surpopulation - Service de presse 9/2017 ]]>
« Le changement climatique nous coûte des ressources »
7 questions à Thomas Stocker - Service de presse 9/2017 ]]>
Projets climatiques aux dépens de la lutte contre la pauvreté
La participation de la Suisse au financement international pour la protection du climat est insuf-fisante - Service de presse 9/2017 ]]>
La famine ne lâche pas prise en Afrique de l’Est
De retour du Somaliland - Service de presse 9/2017 ]]>
Bishal peut retourner à l’école
Dans le village d’Helambu, au Népal, Bishal Tamang vivait simplement, mais il était heureux. Le tremblement de terre en 2015 a changé sa vie pour toujours. ]]>
Une seconde chance pour Krishna
Alors qu’à leur âge, les enfants devraient pouvoir jouer sans souci, Krishna, 12 ans, et sa sœur Renuka, 9 ans, ont appris très tôt combien la vie est dure. Mais aujourd’hui, ils peuvent retourner à l’école. ]]>
Les centres Caritas en Jordanie : des centres d’accueil pour les réfugiés et la population locale
En Jordanie, Caritas Suisse collabore étroitement avec Caritas Jordanie, l’organisation Caritas locale. L’organisation existe depuis de nombreuses années et ses centres accueillent des personnes dans la détresse partout dans le pays. Cette année, Caritas Jordanie fête ses 50 ans. ]]>
5 questions à Martin Jaberg sur la situation en Haïti après le cyclone Matthew
Haïti a besoin d’une aide stable pour se relever - Service de presse 8/2017 ]]>
Maria travaille au noir — l’État détourne les yeux
Travail au noir dans les soins à domicile - Service de Presse 8/2017 ]]>
Il faut soutenir la réforme Prévoyance vieillesse 2020
Assurer le niveau des rentes et déjouer le blocage de la réforme - Service de presse 8/2017 ]]>
Le travail climatique aujourd’hui limite la pauvreté demain
Au Tadjikistan, on se bat contre les effets de la pollution - Service de presse 8/2017 ]]>
Économiser sur le dos des pauvres
Réductions sur la coopération au développement à long terme - Service de presse 8/2017 ]]>
Notre travail porte ses fruits
Lors de la planification et de la construction des bâtiments, des obstacles se dressent constamment. C’est évidemment le cas autour du projet de reconstruction des écoles au Népal. Il est d’autant plus réjouissant pour nous de contempler enfin de nos propres yeux les résultats et les effets positifs de notre travail. ]]>
« Je n’ai aucun problème à travailler dans le traitement des déchets »
La famille de Khaled a été obligée de fuir la Syrie en 2013 pour se réfugier en Jordanie. Elle a vécu du minimum vital jusqu’à ce que Khaled trouve un emploi dans le cadre du programme Cash-for-work de Caritas. Malgré tout, le désir le plus cher de ce père de famille est de retourner en Syrie. ]]>
« Toutes les vaches sont mortes »
Ville verte et capitale du Kenya, Nairobi donne une image trompeuse car en fait le pays souffre d’une grave période de sécheresse à l’heure actuelle, et ce même si Nairobi signifie « l’endroit où l’eau est fraîche » dans la langue des Massaïs. En revanche, à observer la carte des zones agro-écologiques du Kenya, on comprend rapidement pourquoi le beurre avait disparu des supermarchés durant plusieurs semaines le mois écoulé : la plus grande partie du pays est située en zone aride ou semi-aride. Or le Kenya est la patrie de 14 millions de personnes. ]]>
Le rôle positif de la migration
Plate-forme Migration et développement - Service de presse 7/2017 ]]>
Nécessité d’agir pour combattre la pauvreté
Une formation plus précoce et perméable pour plus d’égalité des chances - Service de presse 7/2017 ]]>
5 questions à Pamela Stathakis sur la situation au Soudan du Sud
Il ne restera que la fuite devant de mauvaises récoltes - Service de presse 7/2017 ]]>
La voie vers un pacte global de migration
Migration et développement sont interdépendants - Service de presse 6/2017 ]]>
6 questions à Martin Flügel sur le thème des enfants réfugiés
« Je ne pense pas que nous répondons à leurs besoins » - Service de presse 6/2017 ]]>
Au Liban, le système scolaire en détresse
La crise des réfugiés et l’éducation scolaire au Liban - Service de presse 6/2017 ]]>
Alimentation et protection contre la violence sexuelle
Famine en Afrique de l’Est : l’aide de Caritas pour les réfugiés du Soudan du Sud au Congo - Service de presse 6/2017 ]]>
« Comment pourrions-nous laisser mourir quelqu’un quand d’autres ont à manger ? »
Au Somaliland aussi, la sécheresse s’est invitée sur l’immense étendue des plaines poussiéreuses. Voilà plus de deux ans qu’il n’a plus vraiment plu. Le quotidien de plus de 2 millions d’habitantes et d’habitants de la région autonome – près de la moitié de la population – est marqué par la famine. ]]>
L’intégration professionnelle doit dépasser la réinsertion des chômeurs
Un engagement très variable selon les cantons - Service de presse 6/2017 ]]>
Destruction à 2400 mètres d’altitude
La mousson rend l’aide d’urgence et la reconstruction plus difficiles. D’ici à ce qu’elle prenne fin, beaucoup de choses doivent rester à l’état provisoire, par exemple la construction d’écoles. ]]>
Joindre les deux bouts
Marlène* souhaite pouvoir travailler assez pour ne plus dépendre des autres. Avec son fils Lukas*, elle vit depuis 2013 avec le minimum vital. ]]>
De l’espoir pour les enfants du nord de l’Irak
Il y a parfois de magnifiques histoires qui doivent rester discrètes. Une seule phrase figure sur la page Facebook du département d’aide sociale de Suleymaniyah dans le Kurdistan irakien : « Après l’ouverture officielle du service de familles d’accueil par le Ministre du travail et des affaires sociales du Kurdistan irakien le 31 août 2016, et l’accord des premiers parents d’accueil le 21 novembre 2016, le premier contrat a été signé aujourd’hui, en date du 5 avril 2017, et le premier enfant placé dans une famille d’accueil. » ]]>
Zahra envisage l’avenir plus sereinement
Une fuite laisse forcément des traces. Une fuite laisse forcément des traces. Et la situation est particulièrement difficile pour les personnes qui souffrent de maladies psychiques ou de graves traumatismes. C’est le cas de Zahra* qui a fui en Grèce avec ses deux enfants. Son exemple montre comment un traitement et un suivi complets peuvent constituer un soutien optimal pour des personnes en fuite particulièrement vulnérables et menacées. ]]>
5 questions à Jakob Strässler sur la sécheresse qui sévit depuis deux ans au Somaliland
Intervenons maintenant pour éviter aux gens de tout perdre ! - Service de presse 5/2017 ]]>
La Corne de l’Afrique souffre de plus en plus souvent de sécheresse
Créer des perspectives au-delà de la crise actuelle - Service de presse 5/2017 ]]>
L’autre aspect du surendettement des jeunes adultes
Cadeau d’anniversaire : une dette auprès de l’assurance - Service de presse 5/2017 ]]>
Depuis 20 ans, Caritas Suisse propose un conseil au retour
Les immigrés qui rentrent chez eux - Service de presse 5/2017 ]]>
Financement international des mesures climatiques dans les pays du Sud
La Suisse ne prend pas ses responsabilités - Service de presse 5 ]]>
En Grèce, Caritas Suisse soutient les migrants
Le côté sombre de la politique migratoire de l’Europe - Service de presse 5 ]]>
Une famille pleine d’espoirs
Ils sont artistes. Ils vivent au milieu des ruines de la vieille ville de Homs mais le talent de leurs enfants est source de grands espoirs. ]]>
Étudier, mesurer, concevoir
À Melamchi Ghyang, les élèves se réjouissent de leur nouvelle école. Pour le moment, ils sont scolarisés dans des classes temporaires. Mais avant de pouvoir commencer à reconstruire l’école détruite lors du tremblement de terre, il y a la phase de planification. Et elle prend du temps. Nous qui nous attendions à rencontrer une certaine frustration, nous sommes pourtant accueillis avec reconnaissance. ]]>
La Suisse refuse à beaucoup le droit de vivre en famille
Prise de position de Caritas sur le regroupement familial - Service de presse 4/2017 ]]>
Le film « Lion », de la fiction à la réalité
Prévention du trafic d’êtres humains : le travail de Caritas Suisse en Inde - Service de presse 4/2017 ]]>
La Suisse doit faire des efforts pour la protection du climat
La politique climatique est aussi une politique de développement - Service de presse 4/2017 ]]>
La population syrienne a besoin de notre solidarité
Aide d’urgence de Caritas Suisse aux victimes de la guerre en Syrie - Service de presse 4/2017 ]]>
À la retraite, le risque de pauvreté double
5 questions à Bettina Fredrich concernant la garantie du minimum vital des personnes âgées - Service de presse 4/2017 ]]>
De l’ingénieur électricien au travailleur humanitaire
À Homs, la guerre n’a pas seulement détruit la plupart des maisons ; elle a aussi modifié à tous points de vue la vie des habitants. Y compris pour les onze collaborateurs et collaboratrices de Caritas Homs. ]]>
Admirables grands-parents
Les grands-parents vivaient agréablemernt à Deir ez-Zor avant de devoir fuir. Ils se retrouvent malades dans un appartement insalubre de Jaramana à élever quatre petits-enfants. ]]>
Le résultat des dons est réjouissant
Comptes annuels 2016 de Caritas Suisse - Service de presse 2/2017 ]]>
Une goutte d’eau dans l’océan
À Bali, le projet de diesel bio permet d’économiser 700 tonnes de CO2 - Service de presse 2/2017 ]]>
Fuir, toujours fuir
Le centre local de Caritas Syrie à Jaramana vient en aide à plus de 5000 familles. Chaque jour, des situations nouvelles urgentes surviennent. ]]>
Jaramana, cité refuge
Depuis plusieurs années, et surtout depuis le début de la guerre en 2011, cette banlieue de Damas est un refuge pour des réfugiés de Syrie, pour des Irakiens, des Palestiniens, etc. Ou pour des habitants du pourtour direct de Damas, qui fuient encore de violents combats. ]]>
Des écoles antisismiques et lumineuses au Népal
Caritas Suisse permet aux enfants de retourner en classe - Service de presse 3/2017 ]]>
Un projet innovant de garde d’enfants entre réfugiés
Fribourg : renforcement de l’intégration sociale et professionnelle - Service de presse 3/2017 ]]>
L’intégration des réfugiés : un défi
Réfugiés et travail bénévole en Suisse en 2017 - Service de presse 3/2017 ]]>
Le Conseil des États allège le budget des familles
Le Parlement s’engage dans la lutte contre la pauvreté - Service de presse 3/2017 ]]>
Ne pas instrumentaliser la coopération au développement !
Axer l’aide au développement sur les intérêts de la politique de l’asile n’est pas réaliste - Service de presse 2/2017 ]]>
L’enfant sujet de droits
5 questions à Jean Zermatten sur les 20 ans de la Convention relative aux droits de l’enfants en Suisse - Service de presse 3/2017 ]]>
Maître menuisier
Dans la vielle ville de Homs, Mustafa Ghali a perdu son atelier de menuiserie, détruit et pillé par les combattants. Handicapé, il ne peut plus exercer pleinement son travail de menuisier. ]]>
Semaine contre le racisme: Les actions de Caritas Suisse à Fribourg
« se respecter – service de consultation et prévention du racisme dans le canton de Fribourg » est né le 21 mars 2016, lors de la journée internationale contre la discrimination raciale. Ce service est animé par le Département Fribourg de Caritas Suisse. «se respecter» organise plusieurs actions durant la Semaine contre le racisme du 20 au 26 mars. ]]>
L’enfant sujet de droits. Entretien avec Jean Zermatten
« Pour, mais surtout avec les enfants » : tel est le credo de Jean Zermatten, ardent défenseur des droits de l’enfant. Vingt ans après l’entrée en vigueur en Suisse de la Convention de l’ONU relative aux droits de l’enfant, il se réjouit des progrès accomplis. Mais il se dit particulièrement préoccupé par le sort des enfants migrants. Et beaucoup reste à faire pour le droit de l’enfant d’être entendu. ]]>
Mieux que l’Autorité de protection de l’enfant et de l’adulte
Mandat pour cause d’inaptitude : prévoir quand c’est encore possible - Service de presse 2/2017 ]]>
Les héros de l’aide et les médias
À propos des flux de réfugiés de 2015/16 - Service de presse 1 /2017 ]]>
Le travail doit protéger de la pauvreté
Le Forum de Caritas du 27 janvier 2017 et l’Almanach social 2017 sur le thème du droit au travail - Service de presse 1/2017 ]]>
El Niño : ses effets se feront sentir longtemps encore
Grave sécheresse en Éthiopie - Service de presse 1/2017 ]]>
La RIE III nuit aux pays pauvres du Sud
Arguments contre la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III) - Service de presse 1/2017 ]]>
Lorsque le froid s’installe
En Syrie, il peut faire très froid en hiver. Avec la guerre, le prix du mazout a explosé. Et souvent, les personnes déplacées n’ont pas emporté suffisamment de vêtements chauds. Mounir, Yousra et Fadi savent très bien ce que c’est d’avoir froid. ]]>
« se respecter » : un espace d’écoute et de conseil
Département Fribourg de Caritas Suisse : prévention du racisme - Service de presse 12/2016 ]]>
De nouvelles économies sur le dos des plus pauvres !
Ce qui plaide contre la RIE III du point de vue de la politique de lutte contre la pauvreté - Service de presse 12/2016 ]]>
Pénurie d’électricité dans le château d’eau d’Asie centrale
Tadjikistan : le reboisement et des poêles plus efficaces pour combler le manque énergétique - Service de presse 12/2016 ]]>
On craint une insécurité alimentaire sévère
Cinq questions à Vincent Schmitt sur la situation en Haïti, deux mois après Matthew - Service de presse 12/2016 ]]>
Alep n’a pas encore fini de souffrir
Caritas Suisse distribue chaque jour 6300 repas chauds - Service de presse 12/2016 ]]>
Lutter contre la pauvreté dans notre riche Suisse
Appel de Caritas au Conseiller fédéral Alain Berset - Service de presse : Conférence nationale contre la pauvreté - 17 novembre 2016 ]]>
Politique de lutte contre la pauvreté en Suisse — ce qui doit être fait
Pour que la Confédération et les cantons prennent les choses en main - Service de presse : Conférence nationale contre la pauvreté - 17 novembre 2016 ]]>
La Suisse a besoin d’une politique durable contre la pauvreté
Choisir les priorités avec discernement au lieu de faire des économies sur le dos des pauvres - Service de presse : Conférence nationale contre la pauvreté - 17 novembre 2016 ]]>
Prévenir la pauvreté vaut mieux que devoir l’atténuer
La Conférence nationale contre la pauvreté doit définir les orientations à prendre - Service de presse: Conférence nationale contre la pauvreté - 17 novembre 2016 ]]>
L’aide d’urgence atteint-elle la population affamée ?
Sécheresse catastrophique et situation d’insécurité en Éthiopie - Service de presse 11/2017 ]]>
Les Haïtiens repartent de zéro. Aidons-les
Plus d’un mois après le cyclone Matthew - Service de presse 11/2016 ]]>
« L’aide sociale publique néglige ses obligations »
5 questions à Bettina Fredrich sur la politique d’économies dans le domaine social - Service de presse 11/2016 ]]>
Les jeunes migrants vulnérables
Côme compte aujourd’hui quelque 150 migrants mineurs. « L’urgence est de les loger et de les encadrer correctement, estime Roberto Bernasconi, directeur de Caritas Como. Car ils sont vulnérables, et donc en danger. Du jour au lendemain, ils peuvent virer criminels, tomber dans la prostitution. Ces gens méritent un grand respect, car ils sont vraiment en train de mettre en danger leur vie à la recherche d’un avenir meilleur. » ]]>
La grande désillusion
« J’aurais voulu pouvoir rester chez moi, nous confie Mahamadou, 15 ans, qui a quitté Conakry, en Guinée, il y a 3 ans. C’est tellement dur. Et ce sera la même chose ailleurs », lâche-t-il, sans pour autant se résigner. Âgé de douze ans à son départ, passé par les mines du Mozambique, puis par les chantiers de Guinée Equatoriale, avant de connaître l’enfer en Libye. Emprisonné, rançonné, embarqué sur un rafiot qui prenait l’eau. Pour lui qui espérait passer rapidement par la Suisse pour rejoindre l’Allemagne, c’est la grande désillusion. ]]>
La croissance urbaine augmente le danger potentiel
Le développement non planifié des villes pousse à repenser les approches - Service de presse 10/2016 ]]>
Un plus pour ceux qui ont des difficultés à lire et à écrire
Formation continue en fonction des besoins pour lutter contre la pauvreté - Service de presse 10/2016 ]]>
Intégration professionnelle des réfugiés : le cas de Fri-bourg
Département Fribourg de Caritas Suisse - Service de presse 10/2016 ]]>
Côme ne sait plus où loger les migrants
Chaque jour, ils débarquent par milliers en Italie - Service de presse 10/2016 ]]>
Il n’y a que la peur qui soit présente en abondance
Des familles qui n’ont nulle part où retourner cherchent un peu d’ombre dans les rues poussiéreuses d’Alep et surtout un abri contre les violents combats opposant les troupes gouvernementales et les forces de l’opposition dans la partie Est de la ville. Des centaines de victimes du conflit qui fait rage autour d’Alep traînent dans la rue, affamées, assoiffées et traumatisées. Des collaboratrices et des collaborateurs de Caritas Alep leur fournissent des biens de première nécessité au péril de leur propre vie. ]]>
Un foyer temporaire
Caritas Suisse aide Caritas Grèce à construire des logements sûrs pour apporter un semblant de normalité aux réfugiés arrivés en Grèce, pendant qu’ils attendent d’obtenir des informations sur la suite de leur voyage. Les premières familles ont pu maintenant emménager ! ]]>
Un avenir imprévisible
Jens Steuernagel travaille en Éthiopie pour Caritas Suisse. En tant que délégué, il coordonne les secours d’urgence sur le terrain, en collaboration avec les organisations partenaires de Caritas et les autorités éthiopiennes. Jens est arrivé sur place début juillet 2016 et a parlé avec beaucoup d’agriculteurs et leur famille, victimes de la sécheresse. C’est ainsi que la série de portraits publiée sur ce blog a vu le jour. Dans l’interview, Jens résume la situation actuelle et risque un pronostic. ]]>
Un centre pour tous
Des salles d’entretien bien équipées, une salle de jeux et le libre accès à tout le monde : bienvenue dans le nouveau centre social des réfugiés ouvert par Caritas Hellas à Athènes ! ]]>
La pluie est une bénédiction et une malédiction
À vrai dire, Hamid a de la chance. Une petite rivière saisonnière coule dans son village. Après la saison des pluies, elle amène un peu d’eau, ce qui permet à Hamid d’irriguer ses champs de maïs et pastèques et de nourrir les 12 membres de sa famille. ]]>
L’espoir d’Hassan pour ses dernières chèvres
« Peu importe où je suis. Il n’y a plus nulle part assez de nourriture pour mes chèvres. » Le désespoir se lit sur les traits d’Hassan Abdi Maolit. En temps normal, le berger transhume toute l’année avec ses troupeaux. Maintenant, il croupit au même endroit depuis quatre mois. Avant la sécheresse, il était le fier propriétaire d’un grand troupeau de moutons, de chèvres, de vaches, ainsi que de quelques ânes et chameaux. Aujourd’hui, il ne lui reste plus que quelques moutons et chèvres qui ont survécu à la sécheresse et aux fortes précipitations. ]]>
Trop d’orangers
Egge Abdulai doit prendre soin de beaucoup de monde. Âgé de 46 ans, il est père de huit enfants. En plus de sa femme et de ses enfants, son ménage compte encore dix autres personnes. Une famille de vingt, c’est beaucoup, même aux standards locaux. ]]>
« Nous ne mangeons qu’une fois par jour. »
Bilkossa Abdullah passe pour quelqu’un de spécial au village. « Je ne peux pas avoir d’enfants. » Elle a l’air très triste en disant cela. Malgré la sécheresse et les difficultés qu’il y a à nourrir de grandes familles, les enfants sont considérés comme une richesse. Bilkossa a 20 ans ; elle a été mariée dès l’âge de 16 ans. ]]>
« J’aimerais d’abord une hutte étanche, puis de la pluie »
Samu Abu Fariz a environ 75 ans. Elle ne connaît pas son âge exact. « J’ai encore vécu sous le règne de l’empereur Haïlé Sélassié ; j’étais même déjà adulte. » Samu a six enfants, ainsi qu’une ribambelle de petits-enfants et d’arrière-petits-enfants, elle ne sait pas exactement combien. ]]>
Une journée dans la peau d’une mère syrienne en Turquie
Quand Yusra se lève, elle a peu dormi. Les pleurs de ses enfants handicapés et traumatisés par la guerre la maintiennent éveillée. Douze heures de travail l’attendent aux champs. Et pourtant Yusra estime avoir de la chance. ]]>
Visite royale en Jordanie
Cette semaine, la reine de Jordanie a rendu une visite officielle à notre partenaire nationale Caritas Jordanie. Un geste symbolique important. Elle a notamment pu donner son avis sur les innovations technologiques développées par Caritas Suisse. ]]>
« J’ai tout perdu. »
Hassan Zaroid a fui la Syrie pour se réfugier en Jordanie avec sa femme enceinte. Afin de combler le grand vide qu’il ressentait, il a commencé à travailler comme bénévole pour Caritas. ]]>
Prochaine étape : l’avenir
Cette semaine, beaucoup de larmes ont coulé dans la structure d’hébergement pour réfugiés que Caritas tient sur l’île de Lesbos. Des larmes de joie et des larmes de tristesse à l’idée de se séparer. Une bonne moitié des plus de 200 réfugiés particulièrement vulnérables hébergés sur place ont été admis dans le programme de réinstallation du HCR. Ils ont ainsi pu quitter l’île avec l’organisation d’aide aux réfugiés. À Athènes, on leur délivre maintenant des papiers pour leur transfert dans un autre pays de l’Union européenne. ]]>
Sous les bombardements
Les combats à Alep et aux environs ont coûté ces dernières semaines la vie à des centaines de personnes. Entre le 23 avril et le 3 mai seulement, plus de 2300 tirs de mortier ont pilonné la ville. Les combats mettent en danger la fragile trêve. Joseph, collaborateur de Caritas Syrie, raconte dans un blog quelle est la situation. ]]>
« Je ne pourrais jamais tuer quelqu’un »
En Serbie, nous avons rencontré Abdalkarim Zahra. Un homme qui semble brisé et sans ressort. La brève histoire d’une courte vie. ]]>
Chaque jour un nouveau défi
Deux familles syriennes amies ont réussi à atteindre la Grèce par des chemins différents. Elles attendent maintenant dans le camp d’Idomeni et dépendent entièrement du bon vouloir d’autres gens. Sans les denrées alimentaires que leur distribuent la population grecque et Caritas, elles ne sauraient même pas comment survivre. ]]>
Avec plaisir et conviction
Pour le ravitaillement des réfugiés en Grèce, les collaborateurs de Caritas peuvent s’appuyer sur l’aide d’innombrables bénévoles. Dont Phillip et Mike qui partagent le sort de nombreux réfugiés et savent très bien ce qui anime les gens. Car eux-mêmes sont autrefois arrivés dans le pays en tant que réfugiés. ]]>
Grand-mère courage
Hannah a contraint son fils à terminer ses études de médecine avant de fuir la Syrie. Elle a eu raison. ]]>
Obsèques à Lesbos
Ali Khan, volontaire à Lesbos, nous a raconté. ]]>
Moneer fait face
Ce Syrien et une partie de sa famille sont en transit à Lesbos. Moneer, 53 ans, que notre photographe a rencontré dans sa chambre, dans l’hébergement pour les migrants les plus nécessiteux que Caritas finance sur l’île de Lesbos. Oui, 53 ans, son visage dit tout. Il fait face. ]]>
Des tombes fraîches
Depuis janvier 2016, plus de 150 000 réfugiés ont tenté d’atteindre l’Europe par la Méditerranée. Il y a eu plusieurs naufrages et de nombreuses noyades. Un nouveau cimetière a été érigé pour ces victimes de la mer sur l’île de Lesbos. ]]>
Médecin malgré tout
La famille de Mohamad, un jeune médecin syrien, sort de l’enfer. Mais la vie va peut-être leur sourire. ]]>
Compagnons d’infortune
Adnan aide Mahmoud, qui n’a plus de mains et est défiguré. Une belle solidarité. ]]>
«Je n’ai plus la notion du temps»
« Juste parce que mon père travaille pour le gouvernement à Kaboul », explique Sultana. Fin janvier, cette mère de 36 ans a fui Mazar-i-Sharif, au nord de l’Afghanistan. La pression et les menaces des talibans étaient devenues trop fortes. ]]>
«Bienvenue dans notre chambre»
Quel avenir pour cette famille afghane qui semble en panne à Athènes ? Et pourtant, l’accueil reste chaleureux et plein d’humour. ]]>
Nous attendons la paix
Miriam a 11 ans, Ahmed en a 12. Dans leur courte existence, ces deux enfants syriens ont déjà vécu trop de choses terribles. Et tous les deux attendent. Ils attendent la paix, ils attendent de pouvoir rentrer chez eux, et de pouvoir retourner à l’école. ]]>
Une histoire syrienne
Steve Swope, collaborateur de Caritas Amérique CRS, a rencontré à Athènes une mère de famille syrienne et ses six enfants. Leur existence a été entièrement bouleversée : le père est mort, leur maison a été rasée. Une histoire tragiquement banale en ces temps troublés. ]]>
Échoués à Belgrade
Beaucoup de réfugiés qui sont refusés alors qu’ils sont déjà dans les frontières de l’Europe restent bloqués à Belgrade. Caritas aide ces gens en leur proposant un hébergement, de la nourriture, des vêtements et un conseil. ]]>
Avec les yeux d’Ayman
Ayman lutte depuis des années pour sa vision. Au début de la guerre, ce Syrien a vu sa santé se dégrader beaucoup et il n’a pas les moyens de payer une opération pourtant urgente et nécessaire. ]]>
Rester dans la course
L’un des problèmes majeurs des réfugiés syriens au Liban est de trouver un emploi. Jassim, 25 ans, ferait n’importe quoi pour gagner un peu d’argent. Pour lui, pour sa femme, pour payer son loyer, pour manger. ]]>
Aide médicale
Fractures, entorses et ampoules, refroidissements, ce sont quelques-uns des maux que le docteur Katarina Mitrovic soigne quotidiennement. Chaque jour, elle prend en charge près de cent réfugiés, dont certains sont dans un état préoccupant. Madame Mitrovic travaille pour la Caritas américaine le long de la frontière séparant la Serbie de la Hongrie et de la Croatie. Ses diagnostics sont rapides, elle n’a pas beaucoup de temps. ]]>
Que se passe-t-il sur la route des Balkans?
La situation est désormais plus calme pour les réfugiés qui cherchent à atteindre l’Europe centrale par la route des Balkans. Mais beaucoup empruntent encore cette route difficile. Mandy Zeckra, collaboratrice de Caritas Suisse, responsable des projets pour les réfugiés en Grèce et sur la la route des Balkans, explique la situation de ces personnes et dit comment on cherche à les aider. Un interview de Detlef Kissner, forumKirche. ]]>
Un peu de chaleur
Irene Broz, collaboratrice de Caritas, a parlé avec des réfugiés en Macédoine. Les mots qui sont revenus le plus souvent dans leurs bouches étaient « froid » et « attendre ». Avec des choses aussi simples que de la soupe et du thé, les gens ne reçoivent pas seulement de la chaleur, mais retrouvent aussi une part de dignité. ]]>
Travailleur de Caritas en Syrie, réfugié en Europe
Modar a fui la Syrie en septembre, en quête d’un refuge en Europe, loin des bombes et du sang versé durant cette guerre civile vieille de maintenant presque six ans. Accompagné de son frère et de sa sœur, tous trois à peine vingt ans, il a traversé la Méditerranée en canot, puis toute l’Europe, avant d’atteindre ce qu’ils espèrent être un nouveau départ en Hollande. ]]>
Ahmad a retrouvé le sourire
En Irak, près de 3,2 millions de personnes ont dû fuir devant les violences de l’EI. Et parmi eux, beaucoup d’enfants très marqués par ce qu’ils ont vu et vécu. Ces enfants ont besoin d’un soutien psychosocial et de retrouver des habitudes dans leur nouveau lieu de vie. C’est le cas par exemple d’Ahmad, six ans. ]]>
Rester à l’école
Le séisme a détruit des structures qui avaient été construites avec peine. Par exemple le système scolaire qui avait pris un certain essor ces vingt dernières années. Caritas active la reconstruction de bâtiments scolaires, mais cette entreprise est mise à mal par des troubles politiques. ]]>
« Provisoirement traités comme des hôtes »
En Grèce, Caritas aide les réfugiés particulièrement vulnérables : en partenariat avec Caritas Grèce, elle propose d’héberger des réfugiés vulnérables durant les mois d’hiver et met à leur disposition 450 lits pour deux ou trois nuits dans des hôtels fermés en hiver. Romea Brügger se trouve actuellement en Grèce pour coordonner l’aide d’urgence. Elle nous livre ici ses impressions. ]]>
La rose de Damas
Rose a perdu son frère et son mari dans la guerre. Elle s’est réfugiée au Liban avec ses enfants. Son espoir de commencer une vie meilleure ne s’est pas réalisé. ]]>
L’histoire de Mohammad
Mohammad (43 ans) a fui son village afghan après une attaque des talibans dans laquelle il a failli perdre la vie. Nous le rencontrons dans la ville serbe de Presevo. ]]>
« Quand ce sera la paix, je retournerai chez moi. »
Beaucoup des réfugiés qui viennent en Europe sont originaires d’Afghanistan. Nous rencontrons dans un parc de Belgrade un groupe de jeunes gens, dont l’un n’a que 13 ans. Ses parents ont eu peur qu’il ne soit embrigadé dans l’armée. ]]>
Une arrière-grand-mère sur la route de l’exil
Coup d’œil en Croatie. Meabh Smith, de Caritas Internationalis, raconte ce qu’elle voit dans un camp de réfugiés et les rencontres qu’elle fait. Elle a été très impressionnée par sa rencontre avec Bibihal, une vieille dame afghane de 105 ans. ]]>
«Nous avions de plus en plus peur»
Nous rencontrons la famille Basheer dans un camp de réfugiés en Serbie. La famille a fui la Syrie. Leur maison a été détruite par une bombe. Ils espèrent maintenant trouver refuge en Allemagne. ]]>
Des lits d’hôtel pour les migrants
Mandy Zeckra est responsable de la planification et de la mise en œuvre de l’aide d’urgence en Grèce. Caritas Suisse met des logements et des denrées de première nécessité à disposition des migrants particulièrement démunis, en collaboration avec Caritas Hellas (Caritas Grèce). Dans l’interview, elle explique le projet. ]]>
Du the pour 6.000 refugies par jour en Croatie
Renato Seifert, originaire de Vukovar, en Croatie, a été volontaire auprès de Caritas Croatie pendant cinq ans et a commencé à travailler à Opatovac en septembre. Il raconte ici les expériences vécues dans l’aide aux réfugiés. ]]>
« Ça me brise le cœur »
Ces derniers jours, près de 90 000 migrants sont arrivés en Slovénie. Un pays qui ne compte que deux millions d’habitants. Un pays, toujours en proie à la crise économique. Jana Lampe de Caritas Slovénie fait part de ses impressions et des mesures d’aide pour les réfugiés. ]]>
Une maison et la sécurité
Rudra a 71 ans. Elle a dû investir l’argent de la reconstruction de sa maison dans des médicaments chers. En effet, depuis le tremblement de terre, elle ne voit presque plus. Elle vit avec son fils dans un logement provisoire. ]]>
Soupe populaire à Alep
Alep compte parmi les villes de Syrie où les combats sont les plus intenses ; or, des civils y résident encore. Caritas Suisse propose une soupe populaire dans la ville et distribue des repas chauds à la population. Marina Kieber de Caritas Liechtenstein répond à quelques questions. ]]>
Hors caste
Au Népal, les Dalits sont toujours discriminés. Kamala Nepali qui a perdu deux de ses enfants lors du tremblement de terre du 25 avril a été forcée de constater que la catastrophe n’y a rien changé. ]]>
De la tôle ondulée pour la paix des ménages
La vie quotidienne et le sens de la cohabitation peuvent beaucoup varier d’une culture à l’autre. Ainsi, une femme âge du district de Sindhupalchok craint que le soutien que sa fille lui apporte depuis le tremblement de terre ne porte préjudice au couple de cette dernière. ]]>
« Après le tremblement de terre, nous avons perdu l’appétit »
Plus de trois mois sont passés depuis que le Népal a été secoué par un terrible tremblement de terre. La province de Sindhupalchok a été particulièrement touchée. Ici, presque toutes les maisons ont été détruites. Karin Wenger, correspondante de la SRF, la radio et télévision alémanique, s’est rendue sur place pour voir nos écoles provisoires. ]]>
Le rire de la grand-mère du village
Le tremblement de terre au Népal a plongé beaucoup de monde dans la détresse. Bien des choses font encore défaut, la nourriture entre autres. Les gens tentent de tirer le meilleur parti de la situation. L’humour les y aide. ]]>
Protection contre la mousson
Le séisme a détruit de nombreuses maisons, si bien que les habitants n’ont plus d’abris contre les pluies et les tempêtes durant la mousson. Caritas Suisse distribue des tôles ondulées à ces personnes, afin qu’elles puissent provisoirement réparer leurs toits. C’est une aide importante, comme on peut le constater sur place. ]]>
Les dessins d’enfants syriens
Les dessins d’enfants syriens témoignent des violences qu’ils subissent, montrent que la guerre laisse en eux des traces profondes. L’équipe de soutien psychologique de Caritas Syrie encourage ces enfants à exprimer leurs émotions par des jeux, des travaux manuels et des dessins. ]]>
Attitude positive
Il est arrivé à Lucie* de cumuler quatre emplois pour réussir à s’en sortir financièrement. Ce sont ses deux enfants qui lui en donnent la force. Lucie est fermement convaincue que le plus important est d’adopter une attitude positive par rapport à sa propre vie. ]]>
Comment vais-je me débrouiller financièrement?
Stefanie* vit avec sa fille Miriam* dans un village d’Argovie. Malgré son travail, elle est tributaire de l’aide sociale. Son quotidien est marqué par les problèmes financiers et les soucis de santé. ]]>
La limite du supportable est extensible
Gabriela a trois enfants et des dettes. Elle jongle entre travail, ménage et soucis d’organisation. La pression financière est forte, de même que le stress quotidien. Si elle a atteint la limite du supportable ? Elle affirme qu’elle pourrait augmenter constamment. ]]>
« Je n’arrive pas à penser à autre chose qu’à l’argent »
À la mort de son compagnon, Marianne*, 52 ans, est tombée dans la détresse. Elle n’arrive pas à équilibrer sa situation financière. Elle voudrait que la société montre plus de compréhension, que l’État offre des facilités financières pour les parents seuls et qu’il y ait plus de possibilités de prises en charge des enfants. ]]>
Où sont passées la solidarité et l’empathie ?
Avec son mari, Barbara a souvent vécu en-dessous du minimum vital. La société en est en grande partie responsable : pétrie de clichés, elle se montre peu solidaire à l’égard des étrangers et des mères qui travaillent. C’est pourquoi Barbara souhaite, pour elle et pour sa fille, une communauté où l’on s’entraide. ]]>
Coup d’œil à Helambu
Lukas Fiechter, responsable du programme Népal de Caritas Suisse, accompagne les secours d’urgence et la reconstruction. Il est confronté à beaucoup de destins très personnels : les gens lui racontent le terrible tremblement de terre et la manière dont ils sont retournés à leur vie quotidienne. ]]>
Aux limites du possible
L’énorme charge de travail quotidienne pousse Rebecca dans ses limites. Mais elle insiste sur la chance qu’elle a par rapport à d’autres et sur le fait qu’elle est globalement une personne positive. Interview : ]]>
Des débuts cahoteux
Francesca* (33 ans) venait d’entamer une relation lorsqu’elle est tombée enceinte. Neuf ans plus tard, elle se souvient d’une période fatigante durant laquelle elle a toujours pu compter sur l’appui de sa famille. Elle est fière de son fils, mais aussi de la manière dont elle a surmonté les obstacles. ]]>
Vie quotidienne d’une femme élevant seule son enfant
Bettina* de Lucerne élève seule sa fille Lena* de neuf ans. Elle est bien aidée par ses amis et sa famille, mais souhaiterait un peu plus de compréhension et de soutien de la part de la société. ]]>
« Ma mère m’a sauvé la vie »
Le premier séisme du 25 avril a transformé la petite ville de Sankhu, au nord-est de Katmandou, en un champ de ruines. La ville déplore plusieurs centaines de morts et de disparus. Une mère et sa fille racontent comment elles se sont sauvé la vie l’une l’autre. ]]>
À la rue
Pendant sa grossesse, Katerina* a perdu, en l’espace de trois mois, son compagnon, son logement et son travail. Cette habitante du canton de Schwyz s’est retrouvée à la rue. Elle s’estime très heureuse d’avoir trouvé un nouvel emploi qui lui évite d’avoir à dépendre de l’aide sociale. ]]>
« Nous avons tous eu très peur. Beaucoup pleuraient. »
Des collaborateurs de Caritas ont vécu au plus près le nouveau violent séisme qui vient de frapper le Népal. Dans ce blog, ils nous font part de leurs impressions. ]]>
Écoles résistantes aux séismes
Caritas Suisse prévoit de reconstruire un grand nombre d’écoles résistantes aux séismes dans le district rural de Sindhupalchok, qui a été le plus durement frappé par le terrible séisme du 25 avril. Afin d’assurer la continuité de l’enseignement durant la reconstruction, Caritas construira aussi des écoles temporaires. ]]>
Peur des répliques
Rajesti Shakya était dans son magasin lorsque la terre a commencé à trembler. Lui et sa famille dorment depuis dans des temples et des couvents. Il a peur des répliques qui pourraient provoquer l’effondrement de sa maison. ]]>
Mina Shakya
Des milliers de personnes ont perdu la vie lors du séisme au Népal. Mina Shakay et sa famille, de Bungamati, ont eu de la chance, personne n'a été blessé. Mais leurs moyens de subsistance ont été détruits. ]]>
« Je ne voulais pas rester sans rien faire »
Les réfugiés syriens qui se trouvent en Jordanie ne dépendent pas tous d’une aide extérieure. Certains d’entre eux s’engagent comme bénévoles pour leurs concitoyens pour qui la vie est plus difficile. Amer K. accompagne les équipes de Caritas Jordanie dans leurs visites aux réfugiés. ]]>
Une cuisinière à gaz contre le froid de l‘hiver
Stefan Gribi, notre responsable du Département Communication, était la semaine dernière en Jordanie, où il a rencontré des réfugiés syriens. Les récits de ces hommes qui ont subi des violences et les images de ces personnes qui vivent dans des étables, qui ont faim, froid et qui n'ont plus aucun espoir ne le quittent plus. ]]>
Quel avenir pour les enfants syriens ?
Amena va bientôt donner naissance à son deuxième enfant. Mais elle ne sait pas quel genre de vie elle va pouvoir lui offrir. « Je me réjouis bien sûr de la naissance de mon bébé, déclare Amena, 21 ans, enceinte de sept mois. Mais mes inquiétudes sont plus fortes que ma joie. Comme vais-je pouvoir nourrir et protéger cet enfant ? Où vivrons-nous ? Je suis très inquiète pour le futur.» ]]>
Mustafa ne peut plus se lever
Sous une tente d’un camp libanais de réfugiés syriens, un petit lit de fer sur lequel est allongé Mustafa Chekladeh, un homme de 85 ans. Il fait un faible signe lorsque nous entrons. Autour de lui, sa famille. Deux de ses trois filles sont là : Amani, 26 ans, et Souad, 35 ans. Chacune a trois enfants. La troisième de ses filles est restée en Syrie, et la famille ne sait rien de son sort, sauf qu’elle a perdu son mari durant la guerre. C’est d’ailleurs aussi ce qui est arrivé aux deux femmes qui sont là aujourd’hui. ]]>
Une vie sous des bâches de plastique
Pour Fosa Hamoud, les bâches de plastique qui dissimulent le lieu où elle loge constituent la dernière dignité qui lui reste. Cet habillage provisoire cache une triste réalité : les matelas que Caritas a distribués à sa famille sont posés à même le sol, directement sur la terre. Et Fosa Hamoud n’en avait même pas avant que les travailleurs sociaux découvrent les réfugiés syriens dans une serre : un regard dans cet abri de fortune dévoile les conditions qu’elle et sa famille doivent endurer. ]]>
Le camp des identités brûlées
Il fait 40° C à l’ombre et, sous les tentes, 5° C de plus. Pour les visiteurs de ce campement de familles syriennes, la chaleur est déjà pénible. Cependant, les hommes et les femmes qui vivent ici ont d’autres soucis. Quatre familles vivent dans une tente qu’elles ont dû reconstruire avec le matériel fourni par Caritas. Il y a un mois, leur campement a été entièrement détruit par un incendie. Lors de cette tragédie, les Syriens ont notamment perdu leur passeport, et donc aussi leur identité. ]]>
Un hôpital pour les réfugiés syriens
Rafif souffre des poumons, ses yeux brillent de fièvre et il tousse sans cesse. Bien que cet enfant de trois ans originaire d’Alep, en Syrie, doive encore lutter contre sa bronchite, il est heureux. Il a pu quitter le campement et se rendre à « l’Hôpital italien », où on l’aide à se remettre sur pied. Cet hôpital, fondé en 1926 par des religieuses italiennes, est le plus ancien de Jordanie et il est, aujourd’hui encore, le plus grand de ce petit pays. Aujourd’hui, il n’est pas qu’un lieu d’accueil pour malades : il abrite aussi le siège du centre médical de Caritas Jordanie. ]]>
«Les enfants réclament sans cesse à manger»
Dans la tente de Fatima Ibrahim, la journée commence avant que le soleil se lève sur la plaine de la Bekaa. Cette femme de 41 ans, ses deux fils et ses trois filles y vivent dans un des camps improvisés pour réfugiés syriens qui, depuis trois ans, marquent le paysage libanais. Actuellement, plus d’un million de réfugiés syriens vivent au Liban. C’est plus que dans chacun des autres États voisins. La Bekaa offre un refuge à plus de 400 000 personnes, plus que partout ailleurs dans le pays. ]]>
Une raison de rire ?!
Ils ont longtemps tenu dans la ville de Homs en proie aux combats. Voilà seulement quelques semaines qu’Odeh, sa femme Fatima et leurs six enfants se sont enfuis en Jordanie. Un ami syrien qui vit déjà depuis un certain temps dans ce pays les a aidés à trouver la chambre où ils habitent maintenant. Son frère est logé à la même enseigne avec sa famille. Ils occupent une pièce tout aussi sombre, étroite, humide. Pas une image au mur. Pas de lit. Des matelas minces à même le sol. Pas de jouets. Rien. « C’est vraiment dur maintenant », explique Tahani Onjara qui travaille bénévolement pour Caritas Jordanie. Ayant elle-même fui la Syrie voici une année et demie, elle comprend parfaitement ce que ressent la famille d’Odeh. « Ceux qui ont tenu si longtemps dans la région en guerre et qui se résolvent finalement à partir rencontrent des conditions très difficiles. ]]>
«Écrivez-le!»
J’ai été frappée par la prestance d’Abdil. Le vieil homme se tenait assis droit et fier avec son turban blanc sur la tête et ses dents en or qui étincelaient. À ma grande surprise, il a accepté de se laisser prendre en photo. Lors de l’enregistrement au centre de Caritas, il parle du minuscule logement qu’il occupe dans la ville jordanienne de Zarka. Des couvertures et du chauffage dont il a besoin pour supporter le froid. Il s’enthousiasme au souvenir de la maisonnette où il vivait en Syrie, dans un village près de Deraa… jusqu’à ce que la guerre éclate et que les combats deviennent insupportables. ]]>
C’est cela, la guerre
M. ne souhaite pas dire son nom. M. ne veut pas qu’on prenne des photos. Et M. raconte. ]]>
Activité principale : s’ennuyer
Environ 20 femmes et hommes sont assis dans le centre Caritas de Zarka. Ils attendent de voir le dentiste. Une jeune femme suit attentivement mon travail avant de se risquer à m’adresser la parole en anglais. Je suis étonnée, jusqu’ici, aucun Syrien n’avait encore parlé anglais avec moi. « J’aime la littérature anglaise », me confie la jeune femme. Elle pétille de vivacité. « C’est tellement bien de pouvoir parler anglais. Depuis que j’ai fui la Syrie, je n’ai parlé anglais avec personne. J’ai juste vu des films anglais à la télévision, et lu des livres en anglais. Vous aimez lire aussi ? » ]]>
«Une bombe suffit pour tout détruire du jour au lendemain»
Caroline Nanzer, déléguée de Caritas Suisse basée à Beyrouth, nous parle de son expérience au Liban. Le projet arrive à échéance fin février. Caritas Suisse continue de soutenir les réfugiés syriens en Jordanie et dans le nord de l’Irak. ]]>
Un peu de joie de vivre à travers la capoeira
Rire, danser, chanter, jouer de la musique et oublier pour une fois le quotidien difficile – voilà ce que proposent les deux ateliers de capoeira que Caritas a organisés en septembre, en collaboration avec l’ONG Bidna Capoeira, pour les Syriens réfugiés dans la ville jordanienne de Zarqa. ]]>
Affluence à Caritas
Lorsque Bernadette, l’assistante sociale de Caritas, arrive à son bureau de Baalbek, elle trouve déjà assises sur les marches une cinquantaine de personnes, pour la plupart des femmes, qui attendent de pouvoir se faire enregistrer auprès de Caritas. Lorsqu’elles voient arriver Bernadette, elles se mettent à parler toutes en même temps. Toutes ont quelque chose à lui demander, avant même qu’elle ait pu atteindre son bureau. ]]>
Pénurie d’eau en Jordanie
Au vu du nombre élevé des réfugiés venus de Syrie, la Jordanie doit trouver le moyen d’économiser l’eau, de plus en plus rare. ]]>
«Nous voulons que la paix revienne»
Dans un bâtiment encore en construction, sans crépis, ni portes, ni fenêtres, Ahmed*fait partie de ces centaines de familles syriennes qui ont trouvé refuge à Taalabaya, un village situé à quelques kilomètres de la frontière syrienne dans l’Est du Liban. Ce septuagénaire, ancien carreleur de profession, nous invite à prendre place dans la pièce d’à peine 10 m2 que lui et sa femme occupent depuis trois mois, et nous explique ce qui l’a poussé à s’exiler au Liban. ]]>
Soutien aux collaborateurs de Caritas
Depuis le début de la guerre, les collaboratrices et collaborateurs de Caritas Jordanie s’engagent sans relâche pour les réfugiés syriens qui ont trouvé refuge en Jordanie. Depuis le début de la crise, ils font face jour après jour à d’innombrables récits de guerre, de violence et de fuite. Quand on se consacre aux autres jour après jour, quand on écoute les autres et qu’on les aide, il faut veiller à ne pas s’oublier soi-même et à ne pas s’épuiser psychiquement et physiquement. ]]>
Le temps presse
Le weekend passé, nous sommes allés dans la Bekaa, avec Caroline Nanzer de Caritas Suisse, pour nous assurer de la bonne avancée des préparatifs pour l’hiver. Le temps presse, car il s’agit d’améliorer les abris de 1000 familles dans la Bekaa centrale. Les premières livraisons de vinyle sont arrivées au hall d’approvisionnement de Caritas à Beyrouth la semaine passée. Jeudi 13 décembre, la première distribution de kits (132 m2 de vinyle/tente, du bois et des clous) a été organisée pour le camp de Dar Halmie, et ce pour 135 familles. ]]>
L’insécurité au Liban
« We are all ok », me répond une assistante sociale de Caritas Liban, après que je lui ai envoyé un SMS inquiet le jour de l’attentat de Beyrouth. Soulagement. « We are all ok. » Aujourd’hui. Mais dès le lendemain, les médias envoient des échos inquiétants de la capitale libanaise. « Combats », « Émeutes », « Peur d’une guerre civile. » ]]>
Le petit zoo de Mounir
Il y a environ trois semaines, j’ai fait la connaissance de Sirage, de sa femme et de leurs cinq enfants à Tripoli. La famille vit dans un immeuble en construction depuis qu’elle a dû quitter la région de Homs. Les parents se donnent beaucoup de peine pour faire en sorte que cette situation soit la moins insupportable possible pour leurs enfants. Les murs gris sont couverts de rideaux jaunes et des plantes vertes réchauffent un peu l’atmosphère. ]]>
« Ils sont si nombreux »
Un soir, je m’assois à table avec une journaliste française. Elle vit à Jérusalem, fait régulièrement des reportages sur la Palestine. Elle connaît très bien la région et parle couramment arabe. Elle a été appelée à faire un reportage sur la situation des réfugiés syriens en Jordanie. Elle a visité le camp de Zaatari, en plein désert, non loin de la frontière jordano-syrienne. Là, 40 000 réfugiés vivent dans un camp gigantesque. Environ 4000 autres sont attendus ces prochaines semaines. ]]>
« Je veux apporter mon aide. Ces gens ont besoin de nous. »
Des centaines de milliers de Syriens ont fui leur pays, afin d’échapper aux attaques du régime contre sa propre population. Dans les centres d’accueil en Jordanie et au Liban, beaucoup ont besoin de soins médicaux. Le pédiatre Simon Kolanjian leur vient en aide, avec une clinique mobile de Caritas Liban. Propos recueillis par Laura Sheahen, de Caritas USA (CRS). ]]>