Aide aux réfugiés de Syrie

Aide aux réfugiés de Syrie

Plus de onze millions de Syriens sont en fuite, dont la moitié sont des enfants. Caritas Suisse assure depuis 2012 une aide d’urgence et un soutien à long terme pour un montant de 18 millions de francs en Jordanie, en Syrie, au Liban et au nord de l'Irak.

Faire un don ici

Oui, je voudrais soutenir ce projet et faire un don

World map + -

L’initiative Ecopop fait fausse route

13.08.2013 - „Halte à la surpopulation“, tel est le but de l’initiative Ecopop. Les mesures qu’elle propose sont toutefois inappropriées et ne permettront pas d’influencer le développement démographique en Suisse et dans les pays pauvres du Sud. L’initiative fait fausse route en matière de politique de migration et de développement, comme Caritas l’explique dans sa nouvelle prise de position.

Sur le plan de la politique intérieure, l’initiative réclame une limitation rigide de l’immigration. Son acceptation impliquerait donc une dénonciation de la libre circulation des personnes. Par contre, elle ne s’occupe pas des problèmes structurels liés à la préservation durable des ressources naturelles. Pour Caritas, la bonne réponse consisterait à freiner le gaspillage des ressources, à maintenir la libre circulation des personnes tout en utilisant au mieux le potentiel intérieur par une amélioration des conditions-cadres permettant aux femmes de travailler, par des efforts de formation professionnelle et par la reconnaissance des formations des migrant(e)s.

Renforcement de la place de la femme dans la société

Sur le plan de la politique du développement, les efforts déployés par la coopération au développement pour lutter contre la pauvreté et instaurer un développement durable seraient anéantis. Ainsi 10% des fonds d’aide au développement devraient être consacrés à la planification familiale volontaire dans les pays les plus pauvres d’Afrique. Cette proposition va à l’encontre des principes en matière de politique du développement et serait en même temps totalement inefficace. La bonne réponse consisterait à investir de façon ciblée dans la formation, la santé et l’emploi, et de compléter ces mesures avec la planification familiale là où celle-ci serait urgemment nécessaire. Les mesures les plus efficaces pour parvenir à une baisse des taux de natalité en Afrique passent par le renforcement de la place de la femme dans la société.

Le 29 mai, le Conseil fédéral a pris position sur l’initiative : il en rejette les objectifs, mais en reconnaît la validité. Le Parlement doit encore se prononcer sur cette question.